play_arrow
favorite
DE 06:00 à 10:00
09:45
CAMILA CABELLO Don't Go Yet
09:44
CRYSTAL WATERS Gypsy woman
09:37
NIAGARA Quand la ville dort
09:36
KYGO What's Love Got to...
09:29
LEA CASTEL / SLIMANE Abimee
09:26
MR MISTER Broken wings

Les Rolling Stones au Groupama Stadium !

Ce mardi 19 juillet, les Rolling Stones jouaient au Groupama Stadium, dans le cadre de leur tournée ‘Sixty’.

Sixty, parce que le groupe, fondé en 1962, fête ses 60 ans de carrière !

Alors ? Comment est-ce, les Stones en 2022 ?

Disons-le, ils ne sont plus l’invraisemblable machine à rock’n’roll qu’ils étaient dans les années 70, et même jusqu’à la fin des années 90. Jagger et Richards ont 78 ans, Ron Wood 75… Le poids des ans se fait quand même sentir, surtout chez Richards, Jagger étant encore incroyable pour quelqu’un qui aura 79 ans la semaine prochaine.

Mais ça reste encore un concert à ne pas manquer ! Richards, même s’il a moins d’énergie, a toujours cette façon de plaquer les accords qui n’appartient vraiment qu’à lui, avec ce mélange parfait de souplesse et de tension que des milliers de guitaristes ont essayé de copier sans jamais vraiment y parvenir. (Dès les premières notes de Street Fighting Man, on ressent ça… C’est lui, ça ne peut être que lui…). Jagger mène le show, allant au bout de la passerelle, ou sur les bords latéraux de la scène, plaisantant avec le public... et surtout chantant encore avec une puissance vocale que bien d’autres aimeraient avoir à son âge... Ron Wood ne change pas. En revanche, le remplacement de Charlie Watts (auquel ils rendent hommage et auquel ils dédient le concert) par Steve Jordan change le son : La frappe est plus lourde, plus nette.

Le son, justement ? Les Stones n’ont jamais sonné aussi garage ! Richards a toujours sonné brut. Mais pour cette tournée, Il y a dans les pédales de distorsions de Keith Richards (et même, dans une moindre mesure de Ron Wood) quelque chose de plus abrasif que d’habitude, qui fait sonner le groupe plus garage que jamais, au bout de 60 ans …

La setlist ?

Ils attaquent avec ‘Street Fighting Man’, qui, dans les années 69-77 leur servait au contraire de morceau de clôture.

‘Let’s Spend the Night Together’ a retrouvé son intro au piano (jouée par Chuck Leavell) qui avait été remplacée par la guitare de Keith depuis les 70’s…

On enchaine avec une bonne version de ‘Tumbling Dice’, qui elle, fête son demi-siècle puisqu’elle est sur ‘Exile on Main Street’ sorti en 72.

‘Out of Time’ ! Ca, c’est la surprise de cette tournée. Cet extrait d’Aftermath n’avait jamais été joué en live avant cette tournée, même dans les années 60. C’est assez cocasse d’entendre un Jagger de 78 ans chanter qu’une fille ne peut pas être sa girlfriend parce qu’elle est ‘Out of time’, ‘Obsolete’ et ‘Old fashioned’….

‘Dead Flowers’ ! Ce morceau country a vraiment une superbe mélodie qui franchit les années.

Une version de ‘Angie’ très acoustique suit. Avant un ‘You Can’t Always Get what you want’ au tempo toujours ralenti par rapport à la version studio, mais qui redevient plus proche de la version studio quand même, car moins électrique que sur toutes les tournées depuis 72.

‘Living In a Ghost Town’ ! Ca, c’est la ‘nouveauté’. Nouveauté entre guillemets puisque ce morceau, sorti au moment du premier confinement a déjà deux ans.

‘Honky Tonk Women’ donne l’occasion à Keith de faire riffer la Télécaster et de chanter le refrain avec Jagger.

D’autant plus qu’ensuite c’est à lui de prendre la main ! Après que Jagger ait présenté les musiciens, c’est traditionnellement le moment des deux morceaux chantés par Keith. Ce soir, il a choisi ‘You Got the Silver’ et ‘Happy’ (Belle version de ‘You Got the Silver’…)

Jagger revient, et avec une guitare entre les mains pour ‘Miss You’, guitare qu’il abandonne vite pour faire chater le public.    

On passe aux plats de résistance avec ‘Midnight Rambler’ ! Un ‘Midnight Rambler’ dans lequel ils incrustent un passage de blues… (C’est ça qui est extraordinaire avec ce groupe ! Il y a des morceaux qu’ils ont joué des centaines de fois, mais ils ne les jouent jamais deux soirs de suite exactement de la même façon ….)

‘Paint It Black’ met vraiment le feu. Le public acclame, manifeste…

Gros riff de Richards sur ‘Start Me up’ qui fait bien monter la pression !

On reconnait les percussions de ‘Sympathy for the Devil’ et le public chante les ‘Ouh Ouh’… Après plus d’une heure de show, Jagger semble peiner sur les trois longs couplets par lesquels ce grand classique commence... Mais ça passe...

Le riff de ‘Jumping Jack Flash’ débaroule et le morceau conclut en beauté et avec énergie !

Il reste ‘Satisfaction’ pour le rappel, l’hymne stonien, que tout le monde applaudit dès les deux premières notes…

Et voilà ! On repart à la fois très content d’avoir vu un excellent show de rock’n’roll... et un peu triste aussi, avec le sentiment que c’était très probablement la dernière rencontre avec des ‘potes’ qui nous auront ‘accompagné’ une large partie de notre vie…  

  • Culture
  • Hervé LAURENT
  • 20/07/2022

0 commentaire
Soyez le premier à réagir !
Laissez un commentaire via le formulaire ci-dessous !

Laisser un commentaire

TÉLÉCHARGEZ NOTRE APPLICATION SUR VOTRE SMARTPHONE

Radio PLURIEL

Emportez votre radio dans votre poche partout avec vous ! Téléchargez notre application pour votre smartphone gratuitement et dès maintenant sur votre mobile Android ou iOS !