Emissions des 9 et 10 novembre 2019 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des émissions “Croisière Romantique” de rendre hommage à Paulette Merval et Marcel Merkes et donner un coup de chapeau aux plus célèbres opérettes.

Quelques grands succès de Paulette Merval et Marcel Merkes :

– La bella canzonetta (de l’opérette “Les amants de Venise” – 1953)
– Méditerranée (de l’opérette “Méditerranée” – 1955)
– Mimi (de l’opérette “La route fleurie” – 1952)
– Un appel de castagnettes (de l’opérette “Les amours de Don Juan” – 1955)
– Chant indien (de l’opérette “Rose-Marie”)
– Les deux pigeons (de l’opérette “Les amants de Venise” – 1953)
– Un petit nuage (de l’opérette “A la Jamaïque” – 1953)
– Violettes (de l’opérette “Violettes impériales” – 1948)
– C’est l’amour (de l’opérette “Les Saltimbanques”)
– Heureux tous les deux (de l’opérette “No No, Nanette” – opérette créée en 1924)
– La route au soleil (de l’opérette “Michel Strogoff”)
– Les amants de Venise (de l’opérette “Les amants de Venise” – 1953)
– Mélodie du bonheur (de l’opérette “Mélodie du bonheur” – 1965)
– Prendre le thé à deux (de l’opérette “Le Pays du Sourire”)
– Quadrille au village (de l’opérette “Oklahoma” – 1943)
– Soirée merveilleuse (de l’opérette “La danseuse aux étoiles” – 1950)
– Tout doux cocher (de l’opérette “La danseuse aux étoiles” – 1950)
– Tout nous charme (de l’opérette “Princesse Czardas” – chanson créée en 1922)
– Une fée a passé (de l’opérette “Valse de Vienne” – opérette créée en 1933)
– Vienne chante et danse (de l’opérette “Vienne chante et danse”)
– Viens rêver (de l’opérette “Les amants de Venise”)
– Visa pour l’amour (de l’opérette “Visa pour l’amour” – 1961)

Hommage à Paulette Merval et Marcel Merkes :

Paulette Merval était née Paulette Riffaud le 3 novembre 1920 à La Roche-Chalais. Elle est décédée le 21 juin 2009 à Bordeaux. Paulette Merval était une chanteuse d’opérette.

Marcel Merkès était né le 7 juillet 1920 à Bordeaux. Il est décédé le 30 mars 2007 à Pessac. Marcel Merkes était un chanteur d’opérette.

Marcel Merkes n’avait qu’un rêve, celui de devenir chanteur. Et parce qu’il fut sans nul doute né sous une bonne étoile, la nature lui avait donné une voix superbe qui lui a permis de réaliser son vœu le plus cher. A 25 ans, il entre au Conservatoire de Bordeaux et rencontre sa future partenaire sur scène et dans la vie : Paulette Merval. C’est dans les couloirs du conservatoire qu’il fait la connaissance de Paulette Merval. Paulette Merval est en classe de violon et chant. C’est là que tout commence. En 1944, Paulette Merval achève ses études musicales et remporte un prix d’opérette.

Nous sommes à la sortie de la guerre et l’opérette connaît un nouveau souffle en 1945 avec Francis Lopez et Luis Mariano et leur “Belle de Cadix”. Les trois grands théâtres de l’opérette à grand spectacle sont toujours “Le Châtelet”, “Mogador” et la “Gaité-Lyrique”.

La “Gaité-Lyrique” marque un gros coup avec “Chanson Gitane” de Maurice Yvain avec André Dassary en 1946. Le “Théâtre du Châtelet” continue les représentations du “Chasseur d’image” avec Fernandel. Henri Varna, le directeur du “Théâtre Mogador”, se cherche encore. Ayant pris la direction de ce superbe théâtre, qui a vu la création de succès comme “No No Nanette”, “Rose-Marie” et “l’Auberge du Cheval Blanc” pendant l’entre deux guerres, Henri Varna n’a monté que des reprises telles “La veuve Joyeuse”, “Les Saltimbanques” ou encore “La Mascotte”.

Afin de relancer le “Théâtre Mogador”, Henri Varna décide de reprendre l’opérette d’Oscar Straus, “Rêve de valse”. Pour cette opérette, très romantique, créée en France au théâtre de “l’Apollo”, Henri Varna fait passer des auditions et notamment pour le rôle du personnage principal de la pièce, Maurice de Fontségur.

Marcel Merkes, par sa prestance et sa belle voix de baryton, se fait tout de suite remarquer et propose à Henri Varna d’auditionner sa femme. La jeune Paulette Merval séduit. Elle chante à merveille et en plus, joue du violon comme Franzi, l’héroïne féminine. Henri Varna engage les deux chanteurs. C’est ainsi que la carrière du « couple numéro un de l’opérette » débute véritablement le 22 mars 1947. Cette reprise de l’opérette “Rêve de valse” voit également les débuts d’une artiste qui fera parler d’elle : Maria Candido.

Marcel Merkes crée ensuite “Violettes Impériales”, opérette de Vincent Scotto, mais sans Paulette Merval. Sa partenaire est Linda Walls. Cette opérette est un véritable succès et est reprise deux fois à “Mogador” jusqu’en 1962.

En 1948, Paulette Merval et Marcel Merkes chantent ensemble dans l’opérette “La danseuse aux étoiles”, qui va se jouer pendant plus de deux ans. L’opérette “Les amants de Venise” sera également un triomphe sans précédent joué à guichets fermés deux années entières. Henri Varna fera toujours confiance à notre couple vedette à de nombreuses reprises.

Paulette Merval et Marcel Merkes enchaînent les opérettes sur la scène du “Théâtre Mogador”, notamment “Les amours de Don Juan” en 1955, “Rose Marie” en 1963, “Michel Strogoff” en 1964. En 1967, Henri Varna crée sa dernière opérette “Vienne chante et danse” sur des musiques de Johann Strauss et Jack Ledru. Sa dernière mise en scène est une véritable féerie où évoluent Paulette Merval et Marcel Merkes. Pour Paulette Merval, ce spectacle restera d’ailleurs un de ses meilleurs souvenirs. Henri Varna meurt en 1969, laissant orphelin le “Théâtre Mogador”.

Hélène Martini, qui sera l’une des successeurs d’Henri Varna à Mogador, fera une dernière fois appel à Paulette Merval et Marcel Merkes pour une comédie opérette de Charles Aznavour et Georges Garvarentz qui les plongera dans la Russie des tsars et la France de la Belle Epoque : “Douchka”.

Les reprises des opérettes en Province s’enchaînent et en 1979, Paulette Merval et Marcel Merkes décident de faire une dernière tournée en France et en Belgique avec “Princesse Czardas” d’Emmerich Kalman.

Entre deux tournées, le couple vedette se retrouve dans leur ferme en Aquitaine.

En 1984, Paulette Merval et Marcel Merkes remontent sur la scène de “L’Olympia” à Paris. Ils retrouvent Paris encore une fois en 1994 à la salle Peyel.

Paulette Merval et Marcel Merkes ont été honorés de nombreuses décorations (Légion d’honneur, Arts et Lettres, Palmes Académiques, Mérite Agricole). Mais, comme le disait Paulette Merval à des journalistes en 1984, la plus belle création et réussite de nos vedettes est leur fils : Alain Merkes, qui après une brillante carrière de chanteur d’opérette, dirigera et animera avec brio les saisons d’opérette du grand théâtre de Bordeaux.

En presque 40 ans de carrière, Paulette Merval et Marcel Merkes ont partagé souvent l’affiche ensemble. Ils ont assuré environ 11 000 représentations, principalement au “Théâtre Mogador” à Paris.

Paulette Merval et Marcel Merkes ont formé le plus célèbre duo de l’histoire de l’opérette et pour leurs nombreux et fidèles admirateurs, ils resteront à jamais dans la mémoire collective grâce à leurs voix et aux succès qu’ils ont interprétés.

Quelques célèbres airs d’opérettes :

– La rose rouge extraite de l’opérette “Monsieur Beaucaire”
– L’air du brésilien extrait de l’opérette “La vie parisienne”
– J’ai fait trois fois le tour du monde extrait de l’opérette “Les cloches de Corneville”
– Je t’ai donné mon cœur extrait de l’opérette “Le Pays du Sourire”
– Je suis l’abbé Bridaine extrait de l’opérette “Les mousquetaires au couvent”
– La bonne auberge du Cheval Blanc extraite de l’opérette “L’auberge du Cheval blanc”
– Heure exquise extraite de l’opérette “La veuve joyeuse”
– Duo de l’âne – De ci, de là extrait de l’opérette “Véronique”
– Thé pour deux extrait de l’opérette “No No, Nanette”
– C’est l’amour extrait de l’opérette “Les Saltimbanques”
– O ma Rose-Marie extrait de l’opérette “Rose-Marie”
– Duo de l’escarpolette extrait de l’opérette “Véronique”
– Mon chant d’amour est une valse extrait de l’opérette “L’auberge du Cheval Blanc”
– Un petit cabanon extrait de l’opérette “Un de la Canebière”
– Méditerranée extrait de l’opérette “Méditerranée”
– Etranger au paradis extrait de l’opérette “Kismet”
– C’est la vie de bohème extrait de l’opérette “La route fleurie”
– Rossignol extrait de l’opérette “Le chanteur de Mexico”
– La bohème extraite de l’opérette “Monsieur Carnaval”
– La fille du bédouin extraite de l’opérette “Le comte Obligado”

et bien d’autres encore…..

Les grands succès de l’opérette :

L’opérette est apparue au milieu du XIX siècle.

Elle alterne numéros chantés parfois dansés ainsi que des dialogues. L’opérette utilise de la musique dite “légère”.

En France, l’opérette est née en 1842. Les opérettes “Le pays du sourire”, “La veuve joyeuse”, “L’auberge du Cheval Blanc” ainsi que “Véronique” ou encore “Les cloches de Corneville” auront énormément de succès.

Pin It on Pinterest

Share This