Et oui ! Cette année, Nuits Sonores a lieu en juillet, pour les raisons de chacun connait, avec une jauge maximum de 5 000. Sur le site de Fagor-Brandt, il y a donc cette fois deux scènes seulement, et de grands espaces de restauration et de repos, aussi bien dans des halles que dehors.

L’entrée sur le site est très bien conçue : Il n’y a pas d’attente, et la carte cashless est fournie au contrôle des billets, sans avoir besoin de faire la queue ensuite.

Le moment fort de cette soirée 1 à Fagor-Brandt, c’était, comme on s’y attendait The Paradox avec Jeff Mills et Jean-Phi Dary, qui ont produit un set absolument superbe, au croisement de la house, de la techno et surtout du jazz. Jeff Mills est bien celui qui pousse la techno le plus loin possible dans toutes les directions ! Ce soir, on avait le sentiment d’assister à une démonstration de ce que devrait être le jazz de 2021.

 

Mais la soirée a offert aussi d’autres beaux moments. Fungi par exemple, très jazz et totalement live. Dasha Rush et Juliuis Horsthuis avec leur ambiant dans le hangar 360 . Et dans un esprit beaucoup plus dancefloor Ma Gda et Mezigue qui ont produit les sets énergiques que le public attendait pour se lâcher.

 

Site web de nuits Sonores : https://nuits-sonores.com/

Pin It on Pinterest

Share This