Dans les années 20, Joseph Bernard était considéré comme l’égal de Bourdelle ou Maillol. Mais contrairement à eux, il a été largement oublié. Peut-être est ce dû au fait qu’il avait sa propre voie, ses propres recherches plastiques, ne se réduisant ni au symbolisme, ni à l’art nouveau, ni à l’expressionnisme, ni au classicisme, ni au primitivisme, ni aux arts décoratifs, mais s’enrichissant de tout cela ?

 

L’exposition le remet sous le feu des projecteurs. Elle est produite par le Musée Paul Dini et la Piscine à Roubaix, en partenariat scientifique avec le Musée Bourdelle et la fondation de Coubertin, et se poursuit jusqu’au 21 février 2021.

 

 

Pour écouter Valérie Montalbetti, responsable des sculptures au Musée Bourdelle, présenter l’exposition dont elle est co-commissaire scientifique, cliquer sur :

 

 

Site web du Musée Paul Dini : http://musee-paul-dini.com/

Pin It on Pinterest

Share This