Le théâtre antique de Vienne était plein à craquer ce jeudi 11 juillet, et avec un public très majoritairement jeune. Il est très probable que pour une large part du public de cette soirée, c’était la première venue à Jazz à Vienne…

C’est Yom and the Wonder Rabbis qui ouvrait avec une musique à la fois live, electro, klezmer, trance et psyché. Un peu comme si des DJs du label Hadra jouaient avec un Hilight Tribe qui serait sous forte influence de Pink Floyd période ‘More’ ou ‘à Pompéi’…

Convaincant !

Avouons-le : Pour la première fois, nous ne connaissions pas une tête d’affiche d’une soirée à Jazz à Vienne ! On y allait donc sans aucun à priori d’aucune sorte….

Notre première réaction n’a pas été bonne. On s’est dit :’mais qu’est ce que c’est que ce truc formaté, léché, propret, surproduit, calibré… ?’.  Mais, comme l’heure du Jazzmix était encore loin, on est resté…

Et au fil des minutes qui passent, on se dit ‘quand même…’  Quand même, c’est sacrément pro et en place. Quand même, il y a de sacrés arrangements. Quand même, c’est sacrément bien foutu…

Et nous viennent les références de producteurs comme Georgio Moroder ou Marc Cerrone, qui venaient de la culture du clubbing, mais jouaient live sur de grosses jauges et qui faisaient des musiques ‘sacrément bien foutues’…

Stelar vient lui aussi de la culture clubbing disco et house, et joue lui aussi avec un groupe live, avec un incroyable light-show, des musiques très bien arrangées en y incorporant une dose de swing à la Caravan Palace, et avec un savoir-faire évident, il réussit à transformer le théâtre antique en dance club de 7500 personnes !!

Pas d’atmosphère clubbing au Jazzmix ! Mais un superbe concert de Makaya McCraven. Quel batteur ! Un batteur totalement aérien, tout en touché, mais toujours extrêmement présent, faisant de sa batterie le poumon de la musique du quintet. Nul doute qu’on le reverra très vite sur de plus grosses scènes !

Site web de Jazz à Vienne : https://www.jazzavienne.com/

Pin It on Pinterest

Share This