La Biennale 2018 se revendique comme populaire, expérimentale…et technologique !

 

Et bien sûr, si danse et technologie (numérique au premier chef) se rejoignent souvent de nos jours, c’est l’aboutissement d’un long processus approfondi par différentes générations de chorégraphes.

 

Et bien sûr, parmi ces chorégraphes, on trouve l’incontournable Merce Cunningham. La pièce ‘Biped’ présentée aux Célestins par le CNDC d’Angers dans le cadre de cette Biennale 2018, datée de 1999, est dans cette veine, avec des images projetées sur un écran transparent donnant une impression de tridimensionnalité et fabriquées via un logiciel de captures de mouvements.  On a le sentiment que les images numériques participent aux mouvements des danseurs et inversement. Comme si les danseurs et l’image dansaient ensemble.

 

Avant ‘Biped’, une pièce plus courte est présentée ‘Beach Birds’, dont le titre dit déjà beaucoup. 11 danseurs sont sur scène comme une nuée d’oiseaux sur la plage, avec des mouvements la mimant, tour à tour rapides et lents, assurés et maladroits, collectifs ou désordonnés…

 

Deux pièces tellement bien conçues et interprétées qu’on ne voit pas le temps passer !

 

 

Site web de la Biennale de la Danse : https://www.biennaledeladanse.com/

 

Site web du Théâtre des Célestins : https://www.theatredescelestins.com/

Pin It on Pinterest

Share This