Le concert de ce jeudi 27 février au soir, qui accueillait DeWolff en tête d’affiche était la Messe # 7 de Cold Fame. Ces concerts visent à programmer ….. du rock !

Et là, on était en effet dans l’une des grandes traditions rock : celle du heavy psychedelic

Avec en ouverture, dès 20 h, les lyonnais de The Wow Signal, qui ont encore progressé par rapport aux concerts durant lesquels on les avait déjà vus. Plus carré, plus en place.

On se demandait si DeWolff, trio hollandais, avait déjà joué à Lyon. L’un des musiciens ayant posé cette question la salle, un spectateur lui a répondu ‘à Oullins, au Clacson, au Stone Rising Festival’. Et en effet, ils y avaient joué en 2014.

Pourtant le groupe n’est pas stoner, mais son fort héritage des années 70 peut plaire aux amateurs du genre. On pense tour à tour à Humble Pie, à Blue Cheer, à Roky Erikson, à Chicken Shack, aux Groundhogs, et aussi à Deep Purple avec la présence d’un orgue. Ou encore la première période de ZZ Top (avant ‘Eliminator’). Pour évoquer des références plus récentes, on peut citer les White Stripes, Henry’s Funeral Shoe, John the Conqueror ou même les Black Lips.

Bref, on est dans la tradition du live bourré de feeling, avec un son à la fois brut et gras, du live sans artifice ! Rien de novateur. Mais ça fait du bien dans les trompes d’Eustache !

Pour écouter une interview de DeWolff réalisée avant le concert, cliquer sur :

Site web du Transbordeur : http://www.transbordeur.fr/

Site web de Cold Fame : https://www.coldfame.com/

Pin It on Pinterest

Share This