Le festival Lumière n’est pas encore terminé, mais on peut d’ores et déjà dire que cette édition, certes très particulière, aura été une belle édition.

Même si le festival aura été touché par le COVID avec l’obligation de distanciation physique qui réduit la jauge, et par l’annulation ou le report des séances en soirée sur les derniers jours, il s’est tenu, et c’est déjà quelque chose ! C’était le premier grand festival à Lyon depuis le printemps.

Et il aura d’ores et déjà eu son lot d’excellents moments.

Il y a tellement de films et de séances que chacun vit son festival, différent de celui d’un autre festivalier.

Pour ce qui nous concerne, mercredi 14, on s’est rendu au Comoedia pour ‘Between the Lines’ de Joan Micklin Silver, un film qui nous replonge totalement dans l’Amérique des 70’s et dans les esthétiques de l’époque.

Pour écouter la présentation du film par Abd Al Malik, cliquer sur :

On s’est également rendu au Pathé Bellecour pour ‘Accatone’, le premier film de Pasolini, superbement restauré.

Pour écouter la présentation par Karine Silla et Gian Luca Farinelli, cliquer sur :

Le mercredi soir, c’était un ciné-concert à l’Auditorium, avec l’ONL : ‘La chair et le diable’ de Clarence Brown sur une musique de Carl Davis. Ces ciné-concerts sont toujours d’excellents moments. Confortablement installé, on rentre tellement dans le film muet qu’on en oublie très vite que la musique est jouée par des musiciens présents en chair et en os… .

Autre grand classique restauré du cinéma italien que nous avons pu voir le jeudi 15 au Pathé Bellecour : ‘L’avventura’ d’Antonioni dans la série ‘Cannes Classics’, présenté par Vincent Pérez qui a eu l’occasion de travailler avec Antonioni. On comprend que le film ait dérouté à sa sortie.

Pour écouter la présentation du film par Vincent Pérez, cliquer sur :

Le jeudi soir, au Pathé Bellecour : un monument du cinéma américain, qui, pourtant, n’avait pas eu de succès lors de sa sortie initiale : ‘La porte du paradis’ de Michael Cimino dont on ne voit pas passer les 3 h 30…

Pour écouter Gérard Camy présenter le film, cliquer sur :

Nous avons consacré ce vendredi aux frères Dardenne. D’abord avec la traditionnelle Masterclass aux Célestins qui a largement permis aux deux frères d’exposer les particularités et les ressorts de leur démarche cinématographique. Et ensuite bien sûr la remise du prix à la Cité Internationale, avec de nombreux invités, mais aussi leur producteur, des amis…Musique avec Gabriel Yared, Thomas Dutronc, Jeanne Cherhal, message de Jérémie Régnier, retour sur leur filmographie.. Mais finalement, une cérémonie qui a paru plus simple et plus sobre que d’habitude (à cause de la jauge réduite ?) à l’image de frères.

 

Le festival n’est pas terminé. De belles séances sont encore à venir. Citons par exemple la venue d’Abel Ferrara au Pathé Bellecour ce samedi ou encore le ciné-concert ‘La femme et le pantin’ à l’Auditorium dimanche….

Site web du Festival Lumière : http://www.festival-lumiere.org/

Pin It on Pinterest

Share This