Ce vendredi 21 et ce samedi 22 février, c’était le Wintower 2020.

C’était la seconde édition, judicieusement déplacée de janvier à février et avec une affiche bien dans l’esprit Woodstower : pop, hip-hop, electro .. Il y a eu plus de festivaliers que l’an passé.

Le vendredi, c’était hip-hop au Kao. Du hip-hop pas habituel.

Le trio féminin Ultramoule est un trio lyonnais de punkettes hip-hop déjantées. Violon, violoncelle, boites à rythmes, textes plus hurlées que toastés. Les appréciations, dans le public sont diverses… Certains adorent et se donnent à fond dans la fosse, répondant aux sollicitations du groupe. D’autres, au bar, se demandent qui sont ces ‘meufs complètement hystériques’ …

AlKapote met tout le monde d’accord avec un hip-hop qu’on pourrait appeler porno hip-hop. Il s’agit plus d’un personnage qui joue avec les références du porno au second degré que d‘une version française d’un certain hip-hop du Sud-Est américain. Même si son DJ a quelques influences trap. C’est efficace, en tout cas !

Le samedi 22, dès 20 h 30, dans le Club Transbo, c’était le duo lyonnais An Eagle in Your Mind qui ouvrait. Folk, psyché, oriental, éthéré… Une musique qui passerait sûrement mieux dans une salle assise avec un public qui ne se déplace pas… Debout dans une grande salle face à un bar, on décroche…

Isaac Delusion prenait la suite dans la grande avec show plus convaincant encore que ceux qu’on avait vus à Changez d’Air ou à Woodstower il y a deux ans. Avec cette pop à la fois à guitare et claviers et les rythmes de la basse, ce n’est pas sans évoquer Foals ou Gang of Four.

Pour écouter une interview de Loïc Fleury, chateur d’Isaac Delusion réalisée avant le show, cliquer sur :

 

Le duo lyonnais Texas Menthol prend la suite dans le Club. C’est une pop simple, énergique et décalée, à l’image de l’interview ci-dessous, réalisée avant le concert :

 

 

Il est maintenant 23 h 30 et donc l’heure de prendre un virage plus electro avec le set mi-house mi-techno de Zimmer, dans la grande salle. Ca dansait bien dans la fosse.

On reste dans la pulsation avec Mangabey dans le Club, avec un set house/afro/jazzy : Sons house, beats afro, samples de cuivres jazzy. Un set qu’on pourrait voir aussi bien à Jazz à Vienne tard aux jardins de Cybèle qu’à Nuits Sonores.

Pour écouter une interview de Mangabey réalisée avant son concert, cliquer sur :

Le moment plus fort de la soirée était le passage de Kompromat sur la grande scène : Vitalic et Rebeka Warrior (Sexy Sushi, Mansfield TYA) constituent ce duo. Techno et sombre, voire malsain, avec un gros light-show. Ce n’est pas sans rappeler Nitzer Ebb ou DAF…

 

Pour écouter une interview de Kompromat réalisée avant leur concert, cliquer sur :

Site web de Woodstower : https://woodstower.com/

Site web du Transbordeur : http://www.transbordeur.fr/

Pin It on Pinterest

Share This