La soirée du mardi était pop. Celle du mercredi était hip-hop soul.

 

C’est Elina Jones & the Fireflies qui ouvrait. Bien connue sur Lyon, Elina Jones propose une pop, soul, rock, et funk qui synthétise Lenny Kravitz et les Bellrays. Sa voix est de plus en plus puissante et assurée. Une belle entrée pour cette soirée.

Yseult ayant annulé la veille pour raison médicale, le festival s’est vu dans l’obligation de trouver un remplaçant, dans l’urgence. C’est Obi qui a été programmé, en duo avec un homme aux machines. La chose ayant été montée dans l’urgence, son hip-hop electro et afro-beat n’était pas très en place. Mais le public, bon prince, a bien compris pourquoi et a encouragé les musiciens.    

Superbe spectacle d’Abd Al Malik avec son ‘jeune noir à l’épée’ ensuite ! Spectacle et pas seulement concert car il s’agit d’une création qui mêle slam, hip-hop, electro, danse et vidéo, issue d’un livre-disque en partenariat avec le Musée d’Orsay, sur l’inspiration d’une peinture de Puvis de Chavannes. C’est un spectacle total, au cours duquel on ne décroche pas une seconde, avec des textes superbes.

 

Gael Faye rend ensuite l’atmosphère moins grave, plus festive et détendue avec son hip-hop live baignant dans la chanson et la poésie et conclut cette seconde soirée en beauté.

 

Site web de Woodstower :  https://woodstower.com/fr/

Pin It on Pinterest

Share This