Certes, mercredi soir, une soirée d’ouverture a eu lieu à la salle du Manège. (dont on a rendu-compte dans un précédent article).

Mais c’est ce jeudi 28 que le Forum a vraiment pris son rythme !

Dès 10 h avait lieu une conférence plénière, ‘Jazz Audience, between education and seduction’, conférence durant laquelle des professionnels sont intervenus pour faire part de leur expérience par rapport à ces questions. Certains professionnels venaient de l’étranger : Belgique, Angleterre, même Indonésie. Fructueux échanges qui montrent bien la diversité des situations.

L’après-midi, il y avait des ateliers, masterclass… mais aussi showcases.

Bigre ! ouvrait cette série de showcases, dans la salle du Manège, dès 14 heures. Le groupe, toujours aussi excellent sur scène, nous a paru plus afro-cubain et moins funk que dans le passé.

On enchaînait avec Kevin Norwood Quartet, un quartet de jazz vocal. Ce n’est ni festif, ni groovy, ni lyrique et contemplatif, ni métissé. C’est difficile à qualifier (par moment, on pense même à Radiohead). On n’est pas rentré dans le ‘truc’, on s’est ennuyé…

La belle surprise de l’après-midi, c’était Karmen Roivassepp Quartet à la salle du Manège. Une chanteuse estonienne installée au Danemark joue un jazz moderne dans la tradition du swing vocal, mais avec une approche musicale plus complexe qui en fait un groupe de jazz totalement contemporain. Elle a une vraie présence scénique. C’était leur premier concert en France : Un groupe à suivre !

Pour écouter une interview du Karmen Roivassepp Quartet réalisée après leur concert, cliquer sur :

Le soir, il fallait choisir entre le Théâtre de Vienne et le Musée de Saint-Romain en Gal, car les concerts s’y déroulaient simultanément. On a fait le choix du Musée car nous n’avions encore jamais vu les groupes qui s’y produisaient. C’était une soirée métissée !

Sarab est au croisement du jazz contemporain électrique et des musiques moyen-orientales. Intéressant, même si on n’a pas été transporté.

B.L.U effectue un intéressant métissage entre les musiques d’Afrique de l’Ouest et celles de Louisiane. Et Arbaa Experimental Chaabi un métissage tout aussi intéressant entre le groove et les musiques chaabi marocaines, très répétitives.

A l’after à la MJC, on a apprécié l’éthio-jazz énergique d’Abyssinie Club, dans cette petite salle à l’atmosphère très club de rock.

Le vendredi 29 au matin, dans la Salle du Conseil de l’agglo Vienne Condrieu, la conférence plénière présentait le contrat de filière.

La musique reprenait dès 14 h au Manège avec le groupe lyonnais Polymorphe. Ils devaient présenter des extraits de leur nouvelle création ‘Claire Venus’. Ils l’ont fait, mais dans une version spéciale, instrumentale, en raison de l’absence de leur chanteuse pour raison de santé. C’était excellent quand même !

On est totalement rentré dans le concert de Kolm au Trente, au croisement du free jazz et du rock indé noisy ou post-rock. On sent une force et une tension dans la musique durant tout le set…

Pour écouter une interview de Kolm réalisée après leur concert, cliquer sur :

Le lyonnais David Bressat et son quintet nous faisaient revenir dans un jazz plus ‘classique’, mais toujours aussi inspiré.

Comme la veille, on a fait le choix du Musée pour la soirée. On est resté assez ‘hermétique’ aux prestations d’Equinox Trio et de Kaïros, mais il ne fallait vraiment pas manquer le concert des Sud-africains de Seba Kaapstad. Un concert à la fois jazz, soul, electro, hip-hop et afro avec du charisme, une maîtrise de la scène … Nul doute que ce groupe va rapidement faire parler de lui en France !

Pour écouter une interview de Seba Kaapstad réalisée après leur concert, cliquer sur :

On est ensuite passé voir Marthe à la MJC qui proposait un concert mêlant musique, dessin et vidéo, devant une salle bien plus remplie que la veille.

Le samedi, la conférence plénière avait lieu au Trente et portait sur la situation et la place des femmes dans le monde du jazz, une situation plus difficile encore qu’on le l’imagine et qui, de plus, ne semble pas vraiment bouger …

L’après-midi, les concerts avaient lieu au Musée de Saint-Romain en Gal. Même si on a bien apprécié les prestations du MNBigBand et de Gaspard Baradel (on n’a pas vu Zaza Desiderio), c’est surtout le Vind de Loïs le Van (qu’on ne connaissait pas encore…) qui a retenu notre attention, avec sa musique qui nous évoque les ponts que l’Ecole de Canterburry jetait entre jazz, rock prog et folk pour aboutir finalement à une musique sans étiquette et sans concession.

Pour écouter une interview de Vind réalisée après le concert, cliquer sur :

Le Forum se terminait à la salle du Manège à partir de 20 h. Et la soirée commençait par la présentation de l’affiche de Jazz à Vienne 2020 et par quelques annonces du Festival, la plus applaudie par la salle étant celle de Jamie Collum en ouverture du festival le 25 juin.

Superbe concert d’Eym Trio avec une chanteuse indienne de Bengalore, Varijashree Venugopal ! La combinaison des rythmiques complexes et raffinées d’Eym Trio et du chant limpide et aérien de Varijashree Venugopal a fait des miracles !

On revenait à des choses plus classiques, avec le set ‘We Love Ella’ du Amazing Keystone Big Band pour terminer ce Forum 2019.

Une très belle édition 2019 de ce Forum !

Pour notre part, nos coups de coeur de l’édition sont Karmen Roivassepp Quintet, Kolm, Vind, Seba Kaapstad, Eym Trio avec Varijashree Venugopal et sans vouloir faire ‘ du ‘cocorico’ local, on a vraiment apprécié les prestations des groupes lyonnais, qui confirment que la scène jazz se porte bien à Lyon.

Site web  du Forum Jazz Auvergne Rhône-Alpes : http://www.forumjazz.com/

 

Pin It on Pinterest

Share This