Ce jeudi 25 octobre avait lieu le désormais traditionnel concert programmé en partenariat par deux festivals : Un Doua de Jazz (25ème édition) et Rhino-Jazz (40 ème édition). Il se déroulait comme d’habitude dans le théâtre Astrée, sur le Campus de la Doua. Et une nouvelle fois (c’était Ambrose Akinmusire l’an passé par exemple…), c’était un excellent concert !

 

 

Cette année, c’est la jeune bassiste polonaise Kinga Glyk qui était à l’affiche. Elle n’a que 21 ans mais a déjà trois albums. Elle se dit influencée par Stanley Clarke, Marcus Miller et surtout Jaco Pastorius et c’est vrai que sans avoir encore complètement la maturité des trois précités, il y a vraiment de ça ! Elle était accompagnée de son père Irek Glyk à la batterie et du jeune Rafal Stepien au piano.

 

Elle produit un jazz très électrique, tour à tour bluesy, funky ou plus calme, avec un son de basse très tendu comme celui que donne un jeu sans médiator sur une basse fretless. On est dans l’héritage du jazz-rock des 70’s mais réactualisé comme le fait un Marcus Miller. Les compos sont solides et les impros judicieuses.

 

Bref, une jeune musicienne à suivre de près !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour écouter une interview de Kinga Glyk réalisée avant le concert, cliquer sur :

 

 

Le quintet lyonnais Nowhere Times Quintet. Ce sont de jeunes musiciens de l’ENM de Villeurbanne e du Conservatoire, dans une lignée Brad Mehldau ou Weather Report.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Site web de Un Doua de Jazz : http://www.undouadejazz.com/

 

Site web du Rhino-Jazz Festival : https://www.rhinojazz.com/

Pin It on Pinterest

Share This