Ce lundi 7 juin, c’était une soirée musicale aux Nuits de Fourvière, dans le Grand Théâtre, mais avec une jauge limitée pour l’instant à 1000 personnes et avec une heure de début à 18 h 30 compte-tenu du couvre-feu toujours à 21 h.

 

 Le duo Ballaké Sissoko et Vincent Ségal existe maintenant depuis suffisamment longtemps (on se souvient de les avoir vus à Fort en Jazz lorsque ce festival franchevillois existait encore…) pour que leur complicité fonctionne à plein pour produire tout simplement de la belle musique. Elle a fonctionné ce soir à Fourvière et a conquis le public.

 

L’ensemble Al Kindi, crée par le musicologue  Julien Jalâl Eddine Weiss maintenant décédé, réunit des musiciens  syriens, égyptiens, irakiens, turcs ou encore tunisiens afin de jouer de la musique arabe, sacrée ou profane. L’ensemble joue une musique épurée d’une justesse absolue tandis que les derviches tourneurs renforcent la dimension visuelle du spectacle.

 

 

 

C’était un programme bien adapté à la configuration assise qu’imposent les Pouvoirs Publics compte tenu de la crise sanitaire.

 

Site web des Nuits de Fourvière : https://www.nuitsdefourviere.com/

Pin It on Pinterest

Share This