Ce dimanche 5 août, la chaleur bien que forte, était moins pénible que la veille. Il y avait plus d’air. Et aussi moins de monde que les deux jours précédents qui affichaient complets.

 

Mais encore de bons concerts !

 

On commençait dès 17 h 15 avec Logar, sur la petite scène. Avec une guitare acoustique amplifiée et accompagné d’un batteur, il produit un folk rock qui n’est pas sans rappeler John Mellencamp (période ‘The Lonesome Jubilee’, ‘Big Daddy’…), les Jayhawks, Neil Young (dont il reprend le ‘Heart of Gold’), et même les morceaux les moins durs de Pearl Jam. Une belle écriture classic rock.

 

 

 

 

Le son cubain, musique typique de l’ile, jouée ensuite par le Grupo Compay Segundo, était particulièrment adapté à la météo qui régnait sur le festival en fin d’après-midi ……..

 

 

 

 

Ensuite, le Liminanas jouaient sur la petite scène, à l’horaire prévu pour la Caravane passe qui n’était pas encore arrivée….. Rock garage et psyché, avec des guitares fuzzy et un beat dans la lignée des Cramps. On pense aussi au Brian Johnstown Massacre…

 

 

 

 

 

 

 

 

Matmatah enchaînait sur la grande scène avec un gros son rock et des influences de la musique bretonne. Après leur longue absence d’une dizaine d’années, ils sont toujours un solide groupe de scène !

 

 

 

 

 

 

 

La Caravane passe était enfin arrivée. C’est un groupe de musique festive : Influences balkaniques, mais aussi manouches, flamenco, hip-hop, rock… voire hard-rock par moment. Ce groupe renouvelle et revivifie un style un peu suranné !

 

 

 

Ensuite, hip-hop electro bien pulsatile sur la grande scène avec Caballero et Jeanjass !

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis Jahneration fait vraiment monter l’ambiance bien qu’ils jouent sur la petite scène. Ils ont produit un énergique concert de reggae mâtiné de hip-hop. C’est le groupe qui monte vraiment dans le reggae français !

 

 

 

 

 

 

 

 

The Bloody Beatroots pour terminer ! Ils sont vraiment dans l’héritage du big beat des années 90, mais en même temps, ils sont de la génération du gabber, de la technocore. C’est du Prodigy sous amphétamines avec un chant aigu et puissant évoquant le chant hard-rock. Puissant !

 

 

 

Pour écouter une interview de Matmatah, co-réalisée au Foreztival avec Julien Dézécot directeur de publication de Sans Transition Magazine, cliquer sur :

 

 

Pour écouter une interview de Jahneration réalisée au Foreztival, cliquer sur :

 

 

Site web du Foreztival : http://www.foreztival.com/

Pin It on Pinterest

Share This