On savait déjà que cette 11ème édition du Festival Karavel lui donnait une dimension supérieure à travers une multiplication des lieux et un agrandissement de sa zone géographique (Ouest lyonnais avec Dardilly, Auvergne avec Aurillac, etc …). Mais cette dimension supérieure est aussi due au fait que pour la première fois en 11 édition, Karavel proposait une soirée internationale à l’Espace Albert Camus à Bron.

 

Après deux spectacles gratuits de Mokhallad Razem dès 19 h et Zora Snake à 19 h 30, la partie payante dans la grande salle à 20 h 30 nous proposait des danseurs colombiens, puis brésiliens.

 

Tout d’abord 12 danseurs colombiens reprenaient et adaptaient ‘Recital’ de Mourad Merzouki, ce spectacle étant à la fois issu des contacts établis par Mourad Merzouki en Colombie pour ‘Correiria Agwa’ et de l’année de la Colombie en France. Une pièce à mi-chemin entre le hip-hop et le contemporain, très dynamique, énergique, enchaînant sans relâche les idées et trouvailles chorégraphiques.

 

Ensuite la compagnie brésilienne Crütz proposait ‘Uma Dancinha pra machucar oc coraçoes’. Dans un décor de bar de nuit, de jeunes danseurs enchaînent hip-hop, moderne jazz et danse contemporaine sur des chansons brésiliennes célèbres … .

 

Bien entendu, comme toujours à Karavel, en fin de spectacle, tous les artistes de la soirée montent sur scène pour un moment festif de hip-hop freestyle, mais cette fois avec un bonus : un bal latino dans la salle du bar !

 

Karavel se poursuit jusqu’au 5 novembre !

 

Site web du Festival Karavel : http://festivalkaravel.com/

Pin It on Pinterest

Share This