Cette soirée du mercredi 11 juillet était labellisée French Touch puisqu’en effet, elle était en partenariat avec la SPEDIDAM et que les musiciens étaient français.

 

Mais on aurait pu l’appeler soirée cosmique puisque les deux formations ont une telle référence : Thomas de Pourquery avec son Supersonic et Magma avec la planète Kobaia….

 

Beau concert de Thomas de Pourquery et de son Supersonic. Jazz énergique, électrique, exubérant, flamboyant qui a quelque chose de jubilatoire dans le désordre assumé !

 

 

 

 

 

 

 

C’était la première venue de Magma à Jazz à Vienne en presque 50 ans d’existence. Leur musique est toujours aussi indéfinissable. On est au confluent du rock progressif, du jazz, des musiques avant-gardistes et du chant choral liturgique. Il y a comme une atmosphère lourde de célébration sombre voire malsaine, renforcée par les sonorités gutturales germaniques, slaves et nordiques du kobaïen. Les très longs morceaux ont des constructions complexes et permettent à tous les musiciens et chanteurs de se mettre en valeur tour à tour, avec Christian Vander à la batterie et au centre du dispositif.

 

 

 

 

 

 

 

Au Club de Minuit, superbe concert des anglais de Mammal Hands ! Trois excellents musiciens qui produisent un jazz totalement contemporain, mais en même temps totalement dans l’héritage de la tradition des trios de jazz, avec de brillantes improvisations.

 

 

 

 

 

 

 

N’oublions pas de mentionner le concert à Cybèle à 19 h, du nouveau projet de Lionel Martin, Palm Unit, autour de la musique de Jef Gilson. Un concert brillant manifestement apprécié par le public.

 

 

 

 

 

 

 

Pour écouter la conférence de Magma animée par Pascal Bussy au Théâtre de Vienne, cliquer sur :

 

 

 

 

 

 

 

 

Site web de Jazz à Vienne : http://www.jazzavienne.com/

Pin It on Pinterest

Share This