Emissions des 24 et 25 février 2018

Je vous propose ce week-end dans le cadre des émissions “Croisière Romantique” de donner un coup de chapeau à Serge Lama à l’occasion de son 75ème anniversaire.

Quelques grands succès de Serge Lama :

– C’est toujours comme ça la première fois (1969)
– Charivarivari (1970)
– Chez moi (1974)
– D’aventures en aventures (1968)
– Dans ma garçonnière (1975)
– Femmes, femmes, femmes (1978)
– Je suis malade (1973)
– Je t’aime (1987)
– Je t’aime à la folie (1975)
– L’Algérie (1975)
– L’enfant au piano (1977)
– La chanteuse a vingt ans (1973)
– La salle de bains (1974)
– Le chanteur (1977)
– Le temps de la rengaine (1968)
– Les ballons rouges (1967)
– Les glycines (1973)
– Les petites femmes de Pigalle (1973)
– Les ports de l’Atlantique (1975)
– Les roses de St-Germain (1967)
– Marie, la polonaise (1984) du spectacle “Napoléon”
– Mon ami, mon maître (1975)
– Mon enfance m’appelle (1978)
– Où vont tous ces bateaux (1975)
– Souvenirs attention danger (1980)
– Tous les auf wiedersehen (1974)
– Toute blanche (1974)
– Un jardin sur la terre (1971)
– Une île (1970)

Coup de chapeau à Serge Lama :

Serge Chauvier, dit Serge Lama, est né le 11 février 1943 à Bordeaux, est un chanteur français auteur compositeur interprète.

Le jeune Serge est le fils unique de Georges Chauvier, chanteur d’opérettes et de Georgette Ponceaud.

Il passe une petite enfance heureuse à Bordeaux, baigné par les airs du répertoire lyrique et les chansons de Luis Mariano. Ses vacances, il les passe en Dordogne, chez sa grand-mère maternelle.

Son père, ayant du succès sur les scènes de la région bordelaise décide de tenter sa chance à Paris où il s’installe avec son épouse en 1950. Le jeune Serge alors âgé de sept ans, est confié à sa grand-mère durant six mois.

Entre 1951 et 1954, la famille vit petitement dans une chambre d’hôtel du 7ème arrondissement de Paris. Malheureusement, la carrière de son père a du mal à démarrer sur les scènes parisiennes. La famille a peu d’argent mais le jeune Serge est heureux. Il aime aller chercher son père au théâtre des Capucines et traîner dans les coulisses.

Il écrit ses premiers textes dont sa première chanson vers 1954. Il aime écouter les chansons de Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Edith Piaf, Maurice Chevalier ainsi que les opérettes. C’est à cette époque qu’il rêve de devenir chanteur et de se produire un jour sur la scène de « L’Olympia ».

Poussé par sa femme qui ne supporte plus cette vie, son père renonce à sa carrière de chanteur et devient représentant pour un brasseur de bière. La famille s’installe dans un appartement d’Issy-les-Moulineaux. Serge est inscrit au Lycée Michelet de Vanves mais ne s’intéresse pas beaucoup aux études. En revanche, c’est avec plaisir qu’il intègre la troupe de théâtre amateur du lycée. Il ne supporte pas d’être éloigné du milieu artistique, et en veut beaucoup à sa mère. Il quitte l’école sans aucun diplôme, et s’inscrit dans une école de dessin. Il sèche les cours pendant un an et se sauve de chez ses parents.

De 1960 à 1963, il vit de petits boulots, travaille dans une banque. Pour son service militaire, il part en Algérie, où il est affecté au standard. Dix-huit mois durant, dès qu’il en a le temps, il écrit des chansons. Il rentre en France en décembre 1963.

En 1964, Serge fait la rencontre de la pianiste Jackie Bayard, qui met ses premiers textes en musique.

Après un très bref passage au « Petit Conservatoire de la chanson » de Mireille, il passe plusieurs auditions. Le jour de ses 21 ans, il est engagé au cabaret « l’Ecluse ». Barbara est la vedette du spectacle.

Remarqué par Renée Lebas, il enregistre son premier disque 45 tours, comprenant les titres « A quinze ans », « En ce temps-là », « Le bouffon du roi » et « C’était ma femme ».

En octobre 1964, il passe à Bobino en lever de rideau de Barbara et de Georges Brassens. Il est repéré par l’imprésario Charley Marouani. S’ensuivent ses premiers cabarets et son premier passage à la télévision, dans l’émission « Jeunesse oblige » en novembre 1964.

En 1965, durant l’été, Serge Lama part en tournée, en première partie de Marcel Amont. Le 12 août, il est victime d’un grave accident de voiture près d’Aix-en-Provence. Le conducteur, Jean-Claude Ghrenassia, le régisseur de la tournée et frère d’Enrico Macias, ne sortira pas du coma. Liliane Benelli, sa fiancée assise à l’arrière, est tuée sur le coup. Serge frôle la mort mais survit. Il passe une année allongée sur un lit et subit une dizaine d’opérations. Barbara écrit « Une petite cantate » en hommage à son amie et pianiste Liliane Benelli, et Serge Lama lui dédie « Sans toi » en 1966, « D’aventures en aventures » en 1968, et « Toute blanche » en 1974.

En 1966, grâce à Régine, il fait la connaissance d’un jeune pianiste, Yves Gilbert. Cette rencontre marque le début d’une longue et fructueuse collaboration. Yves Gilbert sera, ainsi qu’Alice Dona, le compositeur attitré du chanteur et l’accompagnera sur scène au piano durant de nombreuses années.

En 1967, il enregistre « Les ballons rouges ». Après quatorze opérations en deux ans et une longue rééducation, Serge Lama reprend son métier au cabaret parisien « l’Ecluse » puis à « l’Olympia » en octobre 1967, en première partie de Nana Mouskouri.

L’année 1968 est celle de sa renaissance artistique. Serge Lama part en tournée avec Enrico Macias, il enregistre l’album « D’aventures en aventures ». En octobre 1968, il se produit sur la scène de « Bobino », en première partie de Georges Chelon. Cette même année, il épouse Daisy Brun, une attachée de presse rencontrée pendant sa convalescence.

En 1969, il enregistre « C’est toujours comme ça la première fois » qui va rencontrer un gros succès auprès du public. C’est avec la chanson « Une île », sur une musique composée par son ami et pianiste Yves Gilbert, que Serge Lama remporte la Rose d’or d’Antibes Juan-les-Pins, en 1969. La chanson « Une île » figure parmi les 108 chansons retenues lors de la sélection française pour le Concours Eurovision de la chanson 1969 mais le jury choisira la chanson « Un jour, un enfant », interprétée par Frida Boccara.

Du 24 février au 16 mars 1970, il passe à « Bobino », pour la première fois en vedette. C’est à cette époque qu’il rencontre Michèle Annie Potier sa future épouse.

En 1971, Serge Lama obtient un deuxième succès avec la chanson « Superman » ; le 45 tours s’écoule à 250 000 exemplaires. Cette même année, il enregistre la chanson « Un jardin sur la terre », qui va représenter la France au Concours Eurovision de la chanson 1971. Il obtient un résultat moyen, se classant 10ème sur les 18 pays en compétition. C’est Séverine, qui remporte le Concours Eurovision 1971 pour Monaco avec la chanson « Un banc, un arbre, une rue ».

En 1973, paraît l’album « Je suis malade » qui va marquer un tournant dans sa carrière et lui permettre d’obtenir son premier disque d’or. Outre « Je suis malade », popularisé également par Dalida, le disque comprend les succès « Les glycines », et « La chanteuse a vingt ans », « L’enfant d’un autre » ainsi que « Les p’tites femmes de Pigalle ».

En 1974, son cinquième album studio nommé « Chez moi » devient rapidement un grand succès. Le chanteur se produit de nouveau sur la scène de « l’Olympia » en février de la même année avant de recevoir un Oscar de la chanson française pour le titre « Les p’tites femmes de Pigalle ».

En 1975, Serge Lama inaugure la salle de spectacles du « Palais des Congrès ». Il passe le reste du temps en tournée.

En janvier 1976, il est l’invité d’honneur de l’émission « Le grand Echiquier » de Jacques Chancel. Il retrouve la scène du Palais des Congrès en 1977. Cette même année sort l’album « L’enfant au piano ». A cette époque, il donne plus de 250 concerts par an.

En octobre 1980, sort son dixième album « Souvenirs… attention… danger ! ». Il se produit au Palais des Congrès de janvier à avril 1981.

En février 1984, Serge Lama fête ses 20 ans de carrière au « Grand Rex » à Paris. Sa comédie musicale « Napoléon » est jouée au Théâtre Marigny de septembre 1984 à juin 1986.

En marge de la chanson, Serge Lama joue au théâtre des Bouffes Parisiens aux côtés d’Agnès Soral dans la pièce « La facture » en 1991. La télévision fait également appel à lui pour la série « Placé en garde à vue » en 1994-1995.

Durant les années 2000, il se produit régulièrement sur scène et enregistre plusieurs albums.

En 2014, les éditions « Flammarion » font paraître l’intégrale de ses chansons. En 2016, Serge Lama sort un nouvel album intitulé « Où sont passés nos rêves ».

Depuis plus de cinquante ans, Serge Lama fait partie des chanteurs les plus populaires depuis la fin des années 1960. Ses vingt-deux albums studio et ses neuf albums en concert totalisent près de douze millions d’exemplaires vendus. Son public lui est fidèle et sa carrière est jalonnée de succès tels « Les ballons rouges », « D’aventures en aventures », « Je suis malade », « Les p’tites femmes de Pigalle », « Les Glycines » ou encore « Femme, femme, femme » sans oublier « Une île ».

Pin It on Pinterest

Share This