Emissions des 22 et 23 juillet 2017 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des Emissions “Croisière Romantique” de donner un coup de chapeau à Mireille Mathieu à l’occasion de son 71ème anniversaire et de rendre hommage à Sacha Distel à l’occasion du 13ème anniversaire de sa disparition.

Quelques grands succès de Mireille Mathieu :

– A Blue Bayou (1978)
– Accropolis adieu (1971)
– Amour défendu (1977)
– Bravo tu as gagné (1981)
– Chanter (1984)
– Il a neigé sur Mykonos (1981)
– Je t’aime avec ma peau (1978)
– L’américain (1989)
– La paloma adieu (1973)
– La première étoile (1969)
– Ma mélodie d’amour (1976)
– Mille colombes (1977)
– Mon bel amour d’été (1969)
– Mon crédo (1966)
– On est bien (1984)
– Pourquoi le monde est sans amour (1970)
– Priez pour moi (1971)
– Qu’attends-tu de moi ? (1976)
– Qu’elle est belle (1966)
– Santa Maria de la mer (1978)
– Un clown dans mon cœur (1978)
– Un dernier mot d’amour (1970)
– Une histoire d’amour (1971) du film “Love Story”
– Une place dans mon cœur (2005)
– Vivre pour toi (1969)
– Vous lui direz (1995)

Coup de chapeau à Mireille Mathieu :

Mireille Mathieu est une chanteuse de variétés française née le 22 juillet 1946 à Avignon (Vaucluse).

Elle est la fille de Roger et Marcelle Mathieu et l’ainée de quatorze enfants. Son père était maçon tailleur de pierre. A l’âge de quatorze ans, pour aider sa famille, Mireille commence à travailler dans une usine d’enveloppes.

Dès son enfance, la petite Mireille s’éveille à la chanson. Son père qui a une voix de baryton est fan d’opéra et de grandes voix. C’est en entendant Edith Piaf que Mireille rêve de devenir chanteuse. Avec obstination, elle se présente en 1962 au concours « On chante dans mon quartier » organisé par la mairie d’Avignon. Elle finit deuxième juste derrière Michèle Torr. Elle remporte avec succès ce concours en 1964 avec “La vie en rose”. Cette chanson d’Edith Piaf est sa chanson fétiche qu’elle interprète toujours avec bonheur sur scène. Raoûl Colombe, alors adjoint au maire d’Avignon, décide de soutenir la vocation de la jeune Mireille. Avec l’accord de ses parents, il la fait participer à de nombreux galas locaux et l’inscrit au fameux “Jeu de la Chance”, le télé-crochet de l’émission “Télé Dimanche” de Raymond Marcillac qui la révèle au public le 21 novembre 1965.

Johnny Stark la remarque et, flairant tout le potentiel de cette jeune fille d’Avignon, à la voix puissante et pure, lui propose un contrat. Il va se consacrer entièrement à la carrière de Mireille. Johnny Stark va imposer à la jeune chanteuse un rythme de travail très dur. Le succès arrive très vite, d’abord en France, puis, rapidement, à travers le monde.

Mireille Mathieu fait ses débuts sur scène à l’Olympia en décembre 1965 en lever de rideau de Dionne Warwick et Sacha Distel. Dès 1966, elle retrouve l’Olympia mais cette fois en vedette. Elle est accompagnée par Paul Mauriat et son orchestre. Elle interprète sur scène ses tous premiers succès : “Mon crédo”, “Qu’elle est belle” sans oublier “Viens dans ma rue”. Ses ventes de disques sont phénoménales pour l’époque. Le succès de Mireille en France est immense et dépasse rapidement les frontières et dès 1966, elle participe à l’émission “Ed Sullivan Show” aux Etats-Unis.

Maurice Chevalier devient son parrain dans le métier et lui prédit une brillante carrière. Le cinéaste et documentariste François Reichenbach tourne “Le Conte de fée de Mireille Mathieu” qui est diffusé fin 1966 à la télévision française. Ce film montre en particulier sa rencontre avec Maurice Chevalier et son premier voyage aux Etats-Unis.

En 1966, elle enregistre “Paris en Colère” une chanson écrite par Maurice Vidalin sur une musique de Maurice Jarre pour le film de René Clément “Paris brûle-t-il ?”. La chanson est, dès sa sortie, un immense succès et reste associée symboliquement à la libération de Paris.

En 1967, Mireille Mathieu enregistre l’adaptation française de “The last waltz” un succès d’Engelbert Humperdinck. La chanson devient “La dernière valse” en français et lui ouvre les portes des charts du Royaume-Uni et l’honneur de participer pour la première fois au gala « Royal Performance » devant la reine Elizabeth II. Mireille aura l’honneur de s’y produire deux autres fois au cours de sa carrière.

A la fin des années 1960, Mireille se produit très régulièrement au Royaume-Uni, au Canada ainsi qu’aux Etats-Unis.

Après de nombreux succès en français tels “J’ai gardé l’accent”, “La première étoile”, Mireille se fait connaître du public allemand en 1969 avec “Hinter den Kulissen von Paris”.

Durant toutes les années 1970, Mireille Mathieu enregistre d’énormes succès en allemand avec la collaboration de Christian Bruhn. Quelques-uns de ses succès allemands sont également des tubes en France et dans d’autres pays tels : “Accropolis Adieu” (1971) ou bien encore “Mille colombes” (1977) et “Santa Maria de la mer” (1978) enregistrés avec le concours des Petits Chanteurs à la Croix de Bois. La chanson “La paloma adieu” restera pendant 27 semaines classée dans les charts allemands et atteindra même la première place des ventes de disque en Allemagne en 1973.

C’est à Mireille Mathieu que Francis Lemarque et Georges Coulonges font appel pour interpréter la chanson titre de leur fresque musicale sur Paris, “Paris Populi”. En 1973 deux réalisateurs français la sollicitent pour apparaître dans leurs films : Jacques Demy la filme à Bobino chantant “Mon Paris”, sur une musique de Michel Legrand, devant Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans “L’évènement le plus important depuis que l’homme a marché sur la Lune” et Claude Lelouch lui offre une apparition dans son film “La bonne année” avec Françoise Fabian et Lino Ventura.

La collaboration entre Francis Lai et Mireille Mathieu date de 1966 alors qu’il était son accordéoniste avant le succès mondial de “Un homme et une femme”, chanson interprétée par Nicole Croisille et que Mireille a également contribué à populariser. Francis Lai a composé pour Mireille plus d’une trentaine de chansons dont “C’est ton nom” (1966), “Je t’aime avec ma peau” (1978), “T’aimer” (1986), “La vie n’est plus la vie sans nous” (2002), ou encore “Un peu d’espérance” (2005). Mais c’est “Une histoire d’amour” (1971), sa création en français de la chanson du film “Love Story” qui est leur plus grand succès en commun. Cette chanson, dont les paroles sont de Catherine Desage, a en effet été classée parmi les 100 plus grands succès français des cinquante dernières années.

En 1974, Mireille enregistre en français et italien “Mireille Mathieu chante Ennio Morricone”. Mireille est la seule, avec la chanteuse italienne Milva, à avoir eu les honneurs d’un album complet avec Ennio Morricone qui lui a écrit deux chansons originales.

Mireille connaît de nombreux succès populaires notamment avec la chanson “Tous les enfants chantent avec moi” écrite par Eddy Marnay sur une musique de Bobby Goldsboro. En 1977, elle enregistre “Le silence” et “Le strapontin” écrites par Serge Lama et Claude Lemesle sur une musique d’Alice Dona. De grand succès anglo-saxons sont adaptés spécialement pour elle tels “A Blue Bayou” (1978) de Roy Orbison et “Une femme amoureuse (Woman in love)” (1980) de Barbra Streisand.

En 1979, Mireille Mathieu enregistre deux albums (en français et en anglais) avec Paul Anka. Elle interprète sur scène ou dans les shows de Maritie et Gilbert Carpentier les succès de comédies musicales américaine comme “Over the Rainbow”, “La chanson du Trolley”, “People” ou “Sweet Charity”.

Au début des années 1980, Mireille Mathieu parcourt le monde et chante en Allemagne, au Japon, au Canada, au Mexique ou bien encore au Carnegie Hall de New York. Mireille est sollicitée à diverses occasions. En 1981, elle enregistre “Bravo tu as gagné”, l’adaptation de “The winner takes it all”, un des grands succès du groupe Abba. En 1983, c’est en duo avec Patrick Duffy, qu’elle interprète “Together we’re strong”. Au cours d’un “Grand Echiquier” de Jacques Chancel, elle chante en duo avec Placido Domingo “Tous mes rêves” composé par Michel Legrand, sur des paroles de Jean Dréjac. C’est à ce moment là qu’elle débute une longue collaboration avec Janine Reiss, répétitrice de chant d’Opéra qui lui permet de renforcer sa maîtrise vocale.

En 1986, après 13 ans d’absence, elle effectue un retour sur scène à Paris au Palais des Congrès pour ses vingt ans de carrière.

La fin des années 1980 est marquée par une tournée en Chine en 1986 et une autre en URSS en 1987 au cours de laquelle elle est accompagnée par les Chœurs de l’Armée Rouge. En 1986 également, elle chante la chanson officielle de la France pour le centenaire de la Statue de la Liberté en duo avec Andy Williams à New York devant les présidents Ronald Reagan et François Mitterrand. En 1987, Jacques Chancel lui consacre un “Grand Echiquier” spécial où elle interprète plusieurs mélodies classiques. Cette même année, Jacqueline Cartier lui rédige sa première autobiographie “Oui, je crois”.

En 1988, Mireille enregistre la chanson “L’enfant que je n’ai jamais eu”.

Le 24 avril 1989, elle perd son imprésario Johnny Stark. Elle lui rend hommage avec un album intitulé “L’américain” qui sort en fin d’année. Sur ce disque figure également le titre “Je suis née pour chanter” composé par Yves Duteil.

En 1990, Mireille chante à nouveau sur la scène du Palais des Congrès. Elle reprend le chemin des studios et enregistre en 1991 un album avec un dessin original de Jean Marais dans lequel figure la chanson “L’amour viendra” sur le thème du film “Autant en emporte le vent”. En 1993, elle enregistre “Mireille Mathieu chante Piaf”. En 1995, à l’occasion de ses 30 ans de carrière sort “Vous lui direz”.

En novembre 1996, c’est sur la scène de “l’Universal Amphithéâtre” à Los Angeles qu’elle donne un concert unique. Mireille est saluée par la critique américaine qui la compare à Edith Piaf et Judy Garland.

En décembre 1998, Mireille se produit à Paris sur la scène de l’Olympia.

En août 2004, à l’invitation de Bertrand Delanoé, maire de Paris, Mireille interprète “Paris en colère” dans un spectacle marquant le 60ème anniversaire de la libération de Paris mis en scène par Jérôme Savary.

En avril 2005, elle sort un coffret réunissant ses plus grands succès. En mai 2005, elle se produit sur la Place Rouge à Moscou dans le cadre des cérémonies de célébration des soixante ans de la victoire des alliés sur l’Allemagne.

En septembre 2005, elle enregistre “Une place dans mon cœur” extrait de son 38e album en français.

En novembre 2005, Mireille fête ses quarante ans de carrière à l’Olympia. Elle y reçoit des mains du directeur de l’Olympia et au nom de la SACEM et de l’ensemble de la profession un « disque de rubis », créé uniquement pour elle, récompensant 122 millions d’albums vendus dans le monde depuis ses débuts. Après l’Olympia, Mireille part en tournée en France avec un passage en Suisse.

En 2006, Mireille offre un beau cadeau à ses fans avec la sortie d’un double cd “Films & Shows” réunissant de grands standards de musiques de films ainsi que des chansons inédites créées pour ses shows télévisés produits par Maritie & Gilbert Carpentier.

En janvier 2007, elle est l’invitée d’honneur d’un show télévisé allemand durant lequel lui est remis le prix de la meilleure chanteuse internationale en Allemagne pour l’année 2006. En novembre 2007, elle chante en Russie à Saint-Pétersbourg pour la fête nationale russe devant 12 000 personnes.

En 2008, Mireille effectue une tournée en Allemagne.

En septembre 2009, Mireille retrouve à nouveau le public russe à Moscou sur la Place Rouge devant 20 000 personnes et part ensuite pour l’Allemagne pour la promotion de son nouvel album composé de 14 nouvelles chansons.

En 2010, Mireille chante en Allemagne, en Autriche, au Danemark sans oublier la Russie, ou encore la Pologne.

En 2011, elle se produit à Moscou ainsi qu’en Lituanie et Estonie.

En octobre 2012, Mireille a réédité un album hommage à Edith Piaf en ajoutant deux titres qu’elle n’avait pas encore enregistrés “A quoi ça sert l’amour” et “La goualante du Pauvre Jean”.

Pour fêter ses 50 ans de carrière, début octobre 2014, est sorti un album de 3 disques “Une vie d’amour” composé de ses plus grands succès (dont certains jamais réédités en cd) et de quatre nouvelles chansons. Les 24, 25 et 26 octobre 2014, Mireille s’est produite sur la scène de l’Olympia avant d’effectuer une tournée dans toute la France.

Le 11 octobre 2014, Stéphane Bern a consacré une soirée à Mireille sur France 2 avec son émission “C’est votre vie”.

Mireille a retrouvé son public allemand et autrichien en mars 2015 pour une nouvelle tournée triomphale.

En juillet 2015, Mireille s’est produite à Byblos au Liban devant une public heureux de la retrouver 41 ans après son premier concert dans ce pays.

Fin 2015 est sorti son album “Mireille Mathieu chante Noël” où l’on retrouve 18 succès de Noël déjà enregistrés par Mireille dont un titre inédit “La colombe de Noël” ainsi que “Petit papa Noël” en duo avec Tino Rossi.

Pour le plus grand plaisir de ses admirateurs, Sony Music a réédité, en avril 2016 en coffret collector “Mireille Mathieu chante Ennio Morricone” sorti en 1974.

En 2016, Mireille a perdu sa maman Marcelle à l’âge de 94 ans. Le 22 août 2016, la chanteuse était présente, entourée de sa famille, à la cérémonie d’inauguration d’une peinture du christ en l’église de Notre Dame de Lourdes à Avignon.

En octobre 2016, Mireille s’est produite à Bratislava et à Prague ainsi qu’en Pologne.

Mireille est actuellement à Prague pour l’enregistrement d’un album classique dont la sortie est prévue pour l’automne 2018. Mireille enregistre cet album avec la collaboration des choristes du Prague Symphonic Ensemble.

Mireille sera l’invitée d’honneur du 10ème Festival Spasskaya à Moscou du 26 août au 3 septembre prochain. Elle se produira les 24 et 25 octobre prochains à Prague et le 27 octobre à Bratislava.

Mireille a enregistré plus de 1 200 chansons en 9 langues (français, allemand, anglais, espagnol, italien, russe, finnois, japonais, chinois). Mireille est une des rares artistes française à être connue aux quatre coins du monde. Elle a vendu à ce jour 130 millions d’albums et plus de 55 millions de simples dans le monde. Bien que discrète en France, elle reste une artiste populaire qui a su fidéliser son public au delà des modes et ce depuis plus de 50 ans.

Quelques grands succès de Sacha Distel :

– Accroche un ruban (1973)
– Ce serait dommage (1958)
– Ces mots stupides (1967)
– Chanson bleue (1972)
– La belle vie (1963)
– La bonne humeur (1968)
– Le soleil de ma vie (1973) en duo avec Brigitte Bardot
– Ma femme (1982)
– Oh ! quelle nuit (1959)
– Oui, oui, oui, oui (1959)
– Quand on a une belle fille, on la garde pour soi (1975)
– Scoubidou (1959)
– Scandale dans la famille (1965)
– Toi et moi, la musique et l’amour (1973)
– Toute la pluie tombe sur moi (1970)
– Toutes les mêmes (1976)
– Vite chérie vite (1975)

Hommage à Sacha Distel :

Sacha-Alexandre Distel, dit Sacha Distel était un guitariste de jazz, compositeur et chanteur français. Il était né à Paris, le 29 janvier 1933. Il est décédé au Rayol-Canadel-sur-Mer le 22 juillet 2004.

Sacha Distel était le neveu de Ray Ventura. Il commence par être guitariste de jazz dans les boites de Saint-Germain-des-Prés. Il fait ses débuts de chanteur en 1958 au casino d’Alger. Après une idylle avec Brigitte Bardot, il épouse en 1963 la skieuse Francine Bréaud avec laquelle il aura deux fils, Laurent (né en 1964) et Julien (né en 1967).

Admirablement « coaché » à Paris par Henri Salvador, Sacha va découvrir la musique noire. Il a 19 ans lorsque Ray Ventura l’expédie à New York apprendre l’anglais. Sacha a toujours aimé la scène. Seul, avec guitare ou sans, en groupe, en grand orchestre ou pour une comédie musicale, il n’hésitait guère à monter sur les planches dès qu’il en avait l’occasion.

C’est l’Amérique qui va lui offrir son premier tube en 1958. En visite à New-York, Sacha entend Nancy Holloway interpréter une chanson de Peggy Lee racontant l’histoire d’une fille vendant des pommes, des pêches et des cerises. C’est le déclic. La version française mentionnera les pommes, les poires et surtout ce qui va devenir l’objet culte de la France des années soixante : les scoubidous ! Sacha a 23 ans et il signe le premier d’une longue série de tubes.

Couronné en 1959 par le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros, il débute à l’écran avec « Les Mordus ». A partir de 1962, il commence à animer les émissions de variétés à la télévision, notamment les « Sacha show » de Maritie et Gilbert Carpentier : dix ans de duos, de sketches avec de jeunes talents qui vont faire parler d’eux par la suite comme Pétula Clark, Jean Yanne, Jean-Pierre Cassel ou encore Aldo Maccione. A noter également à l’écriture et à la composition des musiques, un certain Serge Gainsbourg.

En 1964, Sacha compose “Marina” qui deviendra “La belle vie”. Cette chanson sera également enregistrée en anglais sous le titre “The good life” et sera notamment enregistrée par Tony Bennet et Franck Sinatra. Sacha devient un des artistes les plus populaires de l’hexagone. Contre toute attente, c’est l’étranger qui lui apportera une grande reconnaissance publique et tout d’abord l’Allemagne.

Porté par le succès de la chanson “Toute la pluie tombe sur moi”, Sacha sera pour de longues années le français préféré des anglais. Une reconnaissance qui lui permettra d’endosser le premier rôle de la comédie musicale “Chicago”. Il chantera également à trois reprises devant la Reine d’Angleterre. Les succès s’enchaînent. Les années 80 et 90 lui permettent de revenir régulièrement à ses premières amours : le jazz.

En décembre 2003, il reçoit le grand prix SACEM de la chanson française (créateur/interprète) saluant l’ensemble de sa carrière.

Beauté, talent, succès. Toutes les fées s’étaient penchées sur son berceau. La vie ne l’aura pas épargné et son plus dur combat aura été celui contre quatre cancers successifs.

Il meurt à 71 ans le 22 juillet 2004 des suites d’un cancer de la peau. Il repose dans la crypte familiale de la propriété de ses beaux-parents au Rayol-Canadel.

Sacha Distel ainsi qu’Henri Salvador, sont les deux seuls chanteurs de variété française à figurer dans le dictionnaire du Jazz. Il reste encore aujourd’hui, 13 ans après sa disparition, l’un des chanteurs préférés des français qui gardent de lui cet éternel sourire, son charme et une grande classe.

 

Pin It on Pinterest

Share This