Emissions des 11 et 12 février 2017 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des Emissions “Croisière Romantique” de rendre hommage à Marie-José à l’occasion du 15ème anniversaire de sa disparition.

Quelques grands succès de Marie-José :

– Au bord de la Seine (1948)
– Castagnettes et séguedilles (1954)
– Du moment qu’on s’aime (1957)
– Il a fallu qu’un jour (1962)
– Impossible (1947)
– Jim (1943)
– La fête du tabac (1954)
– La fille de Dolores (1955)
– La Julishka de Budapest (1937) de l’opérette “Masque en bleu”
– La plus belle valse d’amour (1946)
– Le bar de l’escadrille (1942)
– Le bateau de Tahiti (1956)
– Lis-moi dans la main tzigane (1949)
– Ma prière (1958)
– Maïa (1950)
– Maria Dolores (1951)
– Mon ami, mon ami (1954)
– Pigalle (1946)
– Qui sait, qui sait, qui sait (1947)
– Roses blanches de Corfou (1960)
– Si tu m’écrivais (1962)
– Soleil de Provence (1955)
– Tambourin et guitares (1943)
– Vacances au pays bleu (1963)
– Valser dans l’ombre (1946)

Hommage à Marie-José :

Emylie Lhuillier, de son vrai nom, était née en décembre 1914 à Oran en Algérie. Elle est décédée le 4 février 2002.

Elle était née d’un père français et d’une mère espagnole. Elle suit des études pour devenir infirmière. En même temps, elle prend des cours de chant au conservatoire d’Oran.

C’est à Paris qu’elle rencontre le comédien Michel Simon en 1937. Grâce à lui, elle obtient un petit rôle dans le film “Naples au baiser de feu” aux côtés de Tino Rossi, Mireille Balin et Viviane Romance.

En 1939, elle joue aux côtés d’Arletty, d’Andrex et de Michel Simon dans “Circonstances atténuantes”. La même année, elle joue dans le film “Ils étaient neuf célibataires” et dans “Rappel immédiat”. C’est dans ce film qu’elle interprète la chanson “Peut-être”.

Marie-José est très attirée par la chanson. Elle possède une belle voix et signe un contrat d’exclusivité avec les disques Odéon dès 1938 auxquels elle restera fidèle jusqu’en 1960 après y avoir enregistré plus de 300 titres.

Marie-José s’oriente vers un répertoire hispanisant et triomphe au rythme du tango. Pendant les années sombres de l’Occupation elle enregistre des chansons exotiques comme “Querida”, “Le piconero”, “Boléro dans la nuit”, “Tambourins et guitares”, “Etoile de Rio” ou encore “Le bar de l’escadrille”.

Côté cinéma, Marie-José apparaît dans les films “Douce” en 1943, “Caves du Majestic” en 1944, ainsi que dans “56, rue Pigalle” en 1948.

En 1947, elle enregistre deux énormes succès du tango : “Impossible” et “Merci d’avance”. Les chansons de Marie-José figurent parmi les plus demandées des auditeurs de toutes les radios. Elle est proclamée “Reine du tango”.

Elle enchaîne les tours de chants dans les grand music-halls en province et également à l’étranger. Elle fait des tournées notamment en Egypte, Tunisie ou encore au Maroc.

Au début des années 60, Marie-José quitte les disques Odéon pour les disques Festival. Elle y enregistre “Si tu m’écrivais”, “Roses blanches de Corfou”, “Quand tu reviendras” et bien d’autres encore.

C’est à cette période qu’elle prend du recul avec la chanson avec l’arrivée de la vague “Yé-yé”. Elle se consacre désormais à sa famille.

En 1998, au cours d’un dîner, le tout Paris de la chanson et du spectacle rend hommage à son talent.

Le 4 février 2002, Marie-José nous quittait. Pour ses nombreux et fidèles admirateurs, elle restera à jamais l’une des plus brillantes et talentueuses interprètes de la chanson populaire.

Pin It on Pinterest

Share This