Emissions des 21 et 22 novembre 2017 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des émissions « Croisière Romantique » de rendre hommage à Lina Margy à l’occasion du 44ème anniversaire de sa disparition.

Quelques grands succès de Lina Margy :

– Ah ! le petit vin blanc (1943)
– Allons faire un tour à Meudon (1957)
– Bruyères corréziennes (créée par Jean Ségurel en 1936)
– Ce tango-là (1957)
– Cheveux blonds, blanche capeline (1951)
– Dans ma péniche (chanson créée par Alibert en 1930)
– Il pétille (1948)
– Je te le le (1953)
– Jolie comme un cœur (1949)
– La chanson du bonheur (1943)
– La valse à Julot (chanson créée en 1912)
– La valse brune (chanson créée en 1909)
– Le chat noir (chanson créée en 1881)
– Le cor des Alpes (1957)
– Le facteur du sam’di (1958)
– Le retour des cigognes (1947)
– Les amoureux (1952)
– Les carabiniers de Castille (1951)
– Les demoiselles de Robinson (1951)
– Les épouseux du Berry (chanson créée en 1856)
– Les quais de la Seine (chanson créée par Lucienne Delyle en 1949)
– Lison-Lisette (chanson créée en 1920)
– Mon Paris ! (Ah ! qu’il est beau mon village – chanson créée par Perchicot en 1925)
– Si le Rhône rencontrait la Seine (1953)
– Une boucle blonde (1951)
– Valse au clair de lune (1953)
– Voulez-vous danser grand-mère (1947)
– Y avait d’l’accordéon (1948)

Hommage à Lina Margy :

Lina Margy, née Marguerite Verdier, était une chanteuse française née en 1914 à Bort-les-Orgues en Corrèze. Elle est décédée le 13 novembre 1973 à Paris.

Elle travaille d’abord comme sténo-dactylo tout en chantant dans une société d’amateurs. Elle était passionnée par la chanson. Dès septembre 1937, Lina Margy a gravé ses premiers disques 78 tours chez Odéon (« On ouvre demain », « Mes vieux joujoux », « La cascade des amoureux »).

En 1942, elle présente son tour de chant au Cabaret « Nox », à « L’Européen », ainsi qu’à « L’Ecrin ».

Son nom reste à tout jamais associé à la chanson qu’elle créa en 1943 : « Ah ! le petit vin blanc », sur des paroles de Jean Dréjac et une musique de Charles Borel-Clerc. Cette chanson demeure son plus grand succès ; les ventes des petits formats atteignent le nombre record de près d’un million cinq cent mille exemplaires. Lina Margy a enregistré cette chanson à la gloire de Nogent et des bords de Marne. Elle a aussi chanté une reprise de la chanson « L’hirondelle du faubourg » de Ferdinand-Louis Bénech et Ernest Dumont. Cette même année, elle se produit à « Bobino » de septembre à décembre.

Dès la Libération, la radio diffuse ses chansons, notamment sur les ondes de « Radio-Luxembourg ».

Lina Margy, était une chanteuse légère et enjouée, à l’exotique roulement d’« r » dans la lignée de Rina Ketty. Elle s’est démarquée des chanteuses tragiques et réalistes de son temps (Fréhel, Damia, ou encore Edith Piaf). Avec pour ligne de conduite essentielle la création de chansons populaires, Lina Margy accumule les succès en enregistrant en 1945 la jolie valse « Brin d’amour ». Cette chanson est bientôt sur toutes les lèvres. Elle récidive avec « Pomme d’api ». En 1946, elle enregistre une rumba, « La fille à Domingo ». Lina Margy enchaîne les records de vente. En 1947, elle chante « Le retour des cigognes », une chanson, qui encore aujourd’hui, est dans toutes les mémoires.

On lui doit encore d’avoir popularisé la chanson « Voulez-vous danser grand-mère ? » (reprise plus tard par Chantal Goya), sur des paroles de Jean Lenoir et une musique de Jean-Raymond Baltel et Alex Padou. Elle confirme tous ces succès avec notamment « Il pétille » ou bien encore avec « Simple histoire ».

Lina Margy chantera les belles choses de la vie, tournant ainsi le dos aux chansons dramatiques et tragiques. Avec ce répertoire typiquement français et choisi sur mesures, Lina Margy va parcourir la France mais aussi le monde entier, du Caire à San Francisco en passant par Alger, Londres et la Belgique.

Lina Margy poursuit une brillante carrière de chanteuse populaire et ce malgré les changements de mode et de rythmes. Elle enregistre abondamment dans les années 60 un répertoire où Georges Brassens, Charles Aznavour, Charles Trénet côtoient Aristide Bruant, Paul Delmet, Jacques Prévert ainsi que Joseph Kosma.

Lina Margy était la chanteuse populaire par excellence. Elle était la chanteuse du bonheur et des jours heureux.

C’est à la suite d’une cruelle maladie que Lina Margy décède à Paris le 13 novembre 1973. Celle qui a si bien chanté les bords de Marne, ses guinguettes, ses tonnelles et son petit vin blanc, mais aussi les quais de la Seine, ses amoureux, repose aujourd’hui au cimetière de Montrouge, à Paris.

Pin It on Pinterest

Share This