Emissions des 12 et 13 mai 2018 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des Emissions “Croisière Romantique” de rendre hommage à Francis Lemarque à l’occasion du 16ème anniversaire de sa disparition et de donner un coup de chapeau à Marcel Amont à l’occasion de ses 89 ans.

Quelques grands succès de Francis Lemarque :

– A Paris (1949)
– Au pied des tours de notre dame (1954)
– Bal musette (1950)
– Bal petit bal (1949)
– Ballade de Paris (1956)
– Bois de Boulogne (Patins à roulette – 1951)
– Bonjour Paris (chanson créée en 1955)
– Ecoutez la ballade (1961)
– Je me souviens de la bohème (1965)
– La guinguette au bord de l’eau (1958)
– Le petit café (1968)
– Le petit cordonnier (1953)
– Le temps du muguet (1959)
– Les beaux jours (1960)
– Ma douce vallée (1948)
– Marjolaine (1957)
– Ma romance (1961)
– Mathilda (1963)
– Mon mimosa bleu (1962)
– Mon soleil…. mon printemps (1962)
– Quand un soldat (1963)
– Rendez-vous de Paname (1958)
– Rue de Lappe (1951)
– Toi tu ne ressembles à personne (1953)
– Un air de cristal (1958)
– Une marguerite (1962)
– Une rose rouge (1960)

Hommage à Francis Lemarque :

Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, était un auteur-compositeur-interprète et poète français, né à Paris, le 25 novembre 1917. Il est décédé le 20 avril 2002, à La Varenne-Saint-Hilaire.

S’il est bien un chanteur français qui symbolise la ville de Paris, c’est certainement Francis Lemarque. Au cours d’une carrière longue et discrète, il a écrit près de quatre cents chansons, dont “A Paris”, devenue un standard international reprise par des dizaines d’interprètes à travers le monde entier. Francis Lemarque était né dans un petit deux pièces au second étage du 51 de la rue de Lappe à Paris au dessus du bal des Trois colonnes.

Sa mère, Rose, était originaire de Lituanie, tandis que son père, Joseph, tailleur pour dames, était polonais. L’enfant grandit avec son frère Maurice et sa sœur cadette Rachel, dans le quartier de la Bastille, bercé par les bals musettes de la rue de Lappe. Avec son frère il connaît une enfance délurée et joyeuse avant de quitter l’école dès l’âge de onze ans pour travailler en usine. Il gardera tout au long de sa vie un véritable amour pour ce quartier et il fêtera ses soixante-quinze ans au Balajo.

Fasciné par les bals musette depuis son enfance, Nathan et son frère Maurice intègrent en 1934 le groupe Mars, lui-même issu du “Groupe Octobre”, affilié à la Fédération des Théâtres ouvriers de France. Il a alors dix-sept ans. Sur les conseils de Louis Aragon, les deux frères créent un duo, “Les frères Marc” qui profitera des événements du Front populaire pour se produire dans les usines et se faire connaître. Ils rencontrent Jacques Prévert, et Joseph Kosma qui est un temps leur pianiste.

Après la guerre, Francis Lemarque chante dans des cabarets de Saint-Germain-des-Prés. L’année 1946 sera décisive grâce à deux événements qui marquent sa vie : il rencontre Ginny Richès qui deviendra son épouse, et il voit pour la première fois Yves Montand sur une scène parisienne. Son style unique bouleverse le jeune Francis qui se met à écrire en pensant à lui. Il fait sa connaissance par l’intermédiaire de Jacques Prévert. Yves Montand séduit pas ses compositions choisit immédiatement des titres tels : “Je vais à pied”, “Ma douce vallée”, “Bal petit bal”… Leur collaboration durera de longues années pendant lesquelles Francis Lemarque lui écrira près de trente chansons.

Francis Lemarque ne se lasse pas d’écrire et de chanter avec un dynamisme exceptionnel. Sa dernière représentation a eu lieu à Viarmes, dans le Val d’Oise, le 27 janvier 2001 à l’âge de quatre-vingt trois ans.

Avec Charles Trénet et Henri Salvador, Francis Lemarque a vécu l’une des plus longues et des plus riches carrières de la chanson et nombre de ses titres appartiennent à la mémoire collective de la culture française. Francis Lemarque a été censuré dans les années 1950 avec sa chanson “Quand un soldat”.

Le thème de Paris et son éternel accordéon revient souvent dans les chansons de Francis Lemarque par des descriptions des quartiers populaires, non sans rappeler un certain Aristide Bruant.

Sa carrière sera celle d’un auteur et d’un chanteur profondément attaché au Paris populaire et à la chanson française. Il s’éteint brutalement le 20 avril 2002 (il est alors dans sa quatre-vingt cinquième année) dans sa maison de la Varenne Saint Hilaire et il repose à côté d’Yves Montand dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Quelques grands succès de Marcel Amont :

– Au bal de ma banlieue (1962)
– Bleu blanc blond (1959)
– Bleu, blanc, rouge et des frites (1972)
– Chanson d’avril (1960)
– Dans le cœur de ma blonde (1961)
– Il a le maillot jaune (1960)
– L’amour ça fait passer le temps (1971)
– La carriole espagnole (1960)
– La chanson du grillon (1960)
– La leçon de solfège (1971)
– La musique est de retour (1976)
– Le chapeau de Mireille (1975)
– Les amoureux de papier (1953)
– Les bleuets d’Azur (1959)
– Pizzicati-Pizzicato (1961) –
– Printemps s’en va (1959)
– Tout doux, tout doucement (1959)
– Un mexicain (1962)
– Je suis si heureux (1960) en duo avec Colette Deréal
– Quand nous étions écoliers (1960) en duo avec Colette Deréal

Coup de chapeau à Marcel Amont :

Marcel Amont est né Marcel Jean-Pierre Balthazar Miramon le 1er avril 1929 à Bordeaux.

Ses parents étaient issus de familles de bergers de la vallée d’Aspe dans le Béarn. Après avoir obtenu le bac, il suit des cours au Conservatoire d’Art Dramatique de Bordeaux. A la fin des années 50, après avoir fait le tour des activités artistiques bordelaises, il part pour Paris où il commence à se faire un nom dans la plupart des cabarets comme la “Villa d’Este” ou encore la “Fontaine des 4 saisons”.

La chance arrive en 1956, où il passe en première partie d’Edith Piaf à l’Olympia. Cette même année il est sacré “révélation de l’année”, enregistre son premier disque en public et obtient le Prix de l’Académie Charles-Cros en compagnie de Serge Gainsbourg et de Juliette Gréco. Toujours en 1956, Marcel Amont fait ses débuts au cinéma aux côtés de Brigitte Bardot, Micheline Presle et Michel Jourdan dans le film “La mariée est trop belle”.

En 1962, Marcel Amont se produit sur la scène de Bobino pendant 3 mois et demi à guichets fermés. Il y crée plusieurs chansons signées Claude Nougaro.

Il fait son retour à l’Olympia en 1965 durant 5 semaines.

En octobre 1967, Marcel Amont anime “Amont Tour”, la première émission en couleur de l’histoire de la télévision française.

Il retrouve la scène de l’Olympia en 1970. Le succès est tel que le spectacle durera 5 semaines.

Durant les années 60 et 70, Marcel Amont participe à de très nombreuses émissions de variétés, notamment celles de Maritie et Gilbert Carpentier.

En 1974, il est l’animateur de l’émission dominicale “Toutankhamont”.

A partir des années 80, on le voit moins à la télévision française. En revanche, il se produit beaucoup à l’étranger notamment au Japon, en Russie ou encore en Italie.

En 2007 il retrouve la scène de l’Olympia.

Fin 2008, Marcel Amont participe à l’album pour enfants de Guillaume Aldebert intitulé “Enfantillages”.

Marcel Amont retrouve son public durant les saisons 3 et 4 de la “Tournée des Idoles”

En 2009, il fête ses 80 ans à la “Grande Comédie de Paris”.

En 2010, il participe à l’album pour enfants “Les larmes de crocodile” d’Emma Daumas.

En novembre 2012, Marcel Amont fête ses 60 ans de carrière à l’Alhambra.

En janvier 2014, Marcel Amont sort un double cd “Anthologie” réunissant ses plus grands succès et en mars 2014, est sorti son nouveau livre “Lettre à des amis”.

De novembre 2016 à novembre 2017, Marcel Amont a été à l’affiche de la 10ème saison de la tournée “Age tendre” aux côtés de Sheila, Isabelle Aubret, Gérard Lenorman, Hugues Aufray ou encore Linda de Suza et Michèle Torr.

En cette année 2018, il présente son nouveau spectacle “Marcel raconte et chante Amont”, dans lequel il se confie à la manière d’un humoriste, retraçant sa vie depuis son Sud-Ouest natal jusqu’à aujourd’hui. Ce spectacle est émaillé de ses plus grands succès et de nouvelles chansons. Après avoir retrouvé son public à Nantes les 24 et 25 mars dernier, il sera à Aix en Provence les 1er, 2 et 3 juin prochains.

Marcel Amont reste encore aujourd’hui l’image de la bonne humeur ce qui le rend toujours très populaire. Ses grands succès tels “Bleu blanc blond”, “Le chapeau de Mireille” ou encore “Un mexicain” sont encore sur toutes les lèvres.

Pin It on Pinterest

Share This