Cette 14ème Biennale d’Art Contemporain de Lyon est le second volet de la trilogie consacrée au mot ‘Moderne’. En effet, les biennales de Lyon fonctionnent ainsi : Un mot choisi par Thierry Raspail est décliné par trois commissariats d’exposition différents en trois biennales consécutives.

 

‘Mondes Flottants’, dont le commissariat a été confié à Emma Lavigne, qui dirige le Centre Pompidou Metz après être passée par la Cité de la Musique, est donc le second volet du mot ‘Moderne’.

 

Ce manière de procéder conduit à ne pas placer la Biennale de Lyon en concurrence avec les autres biennales, concurrence au sens de chercher à être sur l’actualité immédiate, sur les artistes qui font le buzz du moment… mais au contraire de traiter des thématiques de fond, sur trois éditions.  On n’y trouve donc pas que des artistes émergents et souvent des filiations y apparaissent entre générations d’artistes : C’est particulièrement vrai dans cette Biennale 2017 dans laquelle les rapports entre moderne et contemporain sont abordés de nombreuses fois dans les parcours proposés, et dans laquelle la porosité, la mise en réseaux, ou les frontières et définitions floues de nos mondes d’aujourd’hui sont mises en évidence.

 

                                                                                         Doug Aitken

 

                                                                                           Lygia Pape

 

 

Le parcours est composé d’archipels ‘Flux et Reflux’, ‘Ocean of Sounds’, ‘Circulation Infinie’, ‘Archipel de la Sensation’, ‘Corps électriques’ et ‘Cosmogonies intérieures’. Il est préconisé par Emma Lavigne de commencer par la Musée d’Art Contemporain et d’aller ensuite à la Sucrière.

 

Pour écouter une interview de JingFang Hao, artiste présente dans le parcours du MAC, cliquer sur :

 

 

 

Pour écouter une interview de Philippe Quesne, artiste présent dans le parcours de la Sucrière, cliquer sur :

 

 

 

Pour écouter une interview de Mathieu Briand, artiste présent dans le parcours de la Sucrière, cliquer sur :

 

 

 

Pour écouter une interview de Marcelo Brodski, artiste présent dans le parcours de la Sucrière, cliquer sur :

 

 

Les photos sont d’Alice Leclercq.

 

Site web de la Biennale d’art Contemporain : http://www.biennaledelyon.com/

Pin It on Pinterest

Share This