Que ce soit du point de vue musical, du point de vue météorologique ou du point de vue de l’affluence, ce fut encore une très belle soirée à Jazz à Vienne !

 

Hermeto Pascoal jouait en premier, un jazz évidemment sous forte influence tropicale. Mais sa musique a aussi une dimension plus expérimentale que le ‘simple’ tropicalisme. Par moment, on pourrait penser à un Franck Zappa qui se serait essayé au jazz brésilien, lorsque tout ‘part en vrille’ ou que les musiciens chantent des onomatopées avec une voix pas naturelle. Et n’oublions pas, l’utilisation d’objets divers : petits sifflets, animaux en plastique pour le bain des enfants… Bien sûr il est accompagné par un groupe à sa hauteur, qui joue avec cohésion, créativité et feeling.

 

 

 

 

 

 

 

Gilberto Gil fête les 40 ans de l’album Refavela. Et c’est un groupe très familial qui l’accompagne : fils, fille, belle-fille, petite-fille…  A 76 ans, il est toujours en pleine possession de sa musique, passant de musiques latinos évidemment, à des musiques africaines avec le balafon et évidemment dans l’esprit du jazz. Après plus de 50 ans de carrière, il est toujours là et bien là !

 

 

 

 

 

 

 

Le Club de Minuit proposait un concert de Dom la Nena, brésilienne elle aussi, mais dans une tout autre démarche musicale. Avec son violoncelle, ses percussions, sa voix et ses outils de mise en boucle, elle délivre une folk lyrique et baroque très intimiste.

 

 

 

 

 

 

 

Site web de Jazz à Vienne : http://www.jazzavienne.com/

Pin It on Pinterest

Share This