Emissions des 16 et 17 juin 2018 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des émissions « Croisière Romantique » de donner un coup de chapeau à Annie Cordy à l’occasion de son 90ème anniversaire ainsi qu’aux papas et de rendre hommage à Yvette Horner, décédée le 11 juin 2018.

Quelques grands succès d’Annie Cordy :

– Annie Paris, Annie Bruxelles (1980)
– A Paris (1961) de l’opérette « Visa pour l’amour »
– Bonbons caramels (1953)
– Bonheur, santé et pépites (1990)
– Ça ira mieux demain (1976) de la comédie musicale « Nini la chance »
– Cigarettes, whisky et p’tites pépées (1950)
– Encore de la musique (1961) de l’opérette « Visa pour l’amour »
– Envoyez la musique (1982) de la comédie musicale « Envoyez la musique »
– Fleur de papillon (1953)
– Hello Dolly (1965) de la comédie musicale « Hello Dolly »
– Hello ! le soleil brille (1958)
– La bonne du curé (1974)
– La petite Marie (1952)
– Le dimanche matin (1951) extrait du « Chanteur de Mexico »
– Les trois bandits de Napoli (1952)
– Ma plus jolie chanson (1980)
– Ma vie est une comédie musicale (1975)
– Natacha (1980)
– Nini la chance (1976) de la comédie musicale « Nini la chance »
– Pinson sérénade (1955)
– Senorita raspa (1980)
– Tata Yoyo (1980)
– Un clair de lune à Maubeuge (1962)
– Vanini Vanillée (1981)
– Viens à Nogent (1954)
– Un petit coup de chance (1965) en duo avec Bourvil
– Ah ! qu’il fait bon (1961) de l’opérette « Visa pour l’amour » en duo avec Luis Mariano
– Aie, pourquoi on s’aime (1962)
– Visa pour l’amour (1961) de l’opérette « Visa pour l’amour » en duo avec Luis Mariano

Coup de chapeau à Annie Cordy :

Annie Cordy, de son vrai nom Léonie Cooreman, est une chanteuse et actrice belge. Elle est née à Laeken en Belgique le 16 juin 1928.

A 8 ans, sa mère l’inscrit à un cours de danse. Elle apprend également le piano et le solfège. Elle enchaîne les radio-crochets ainsi que les concours. Elle est vite remarquée par le directeur artistique du Lido. Annie Cordy débarque à Paris en mai 1950 et est engagée comme meneuse de revue.

En 1951, elle rencontre celui qui deviendra son époux François-Henri Bruno. Annie mène diverses revues au Lido mais aussi au Moulin rouge et à l’ABC. Elle accompagne également la caravane du Tour de France.

En 1952, elle signe un contrat avec Pathé Marconi et obtient à Deauville le Prix Maurice Chevalier. Elle est engagée ensuite pour l’opérette « La route fleurie » aux côtés de Georges Guétary et Bourvil. C’est un triomphe. Annie Cordy enregistre ses premiers succès « Fleur de papillon » et « Léon ».

En 1953, elle apparaît dans le film de Sacha Guitry « Si Versailles m’était conté ». En 1955, elle passe en vedette à l’Olympia et à Bobino, et reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros pour la chanson « Oh Bessie ! ».

Le 18 avril 1956, elle chante pour le mariage de Grace Kelly et du prince Rainier III de Monaco.

En 1956, Annie remporte un grand succès au cinéma avec l’adaptation de l’opérette « Le chanteur de Mexico » aux côtés de Luis Mariano et Bourvil. Elle part ensuite chanter à New York, Rio de Janeiro, Cuba ainsi qu’à Mexico.

En 1957, elle débute avec Jean Richard une nouvelle opérette « Tête de linotte » créée à l’ABC.

En 1961, Annie retrouve Luis Mariano avec une nouvelle opérette « Visa pour l’amour » créée au Théâtre de la Gaïté Lyrique le 22 décembre. C’est un triomphe.

En 1965, c’est aux côtés de Bourvil, qu’elle crée l’opérette « Ouah !Ouah ! » à l’Alhambra.

En 1965, elle présente un « Show », où chaque chanson donne lieu à une mise en scène, à des ballets et des costumes. Elle entame une tournée internationale qui la mène de Berlin à Madrid, en passant par Moscou.

En 1972, elle crée la version française de « Hello, Dolly ! ». En 1976, elle triomphe avec « Nini la chance ». Elle enchaîne les succès sur scène avec notamment la comédie musicale « Envoyez la musique ! » en 1982. Elle interprète au théâtre « Madame sans gêne » et « Madame de Sévigné ». En 1994, son interprétation de la « Célestine » consacre définitivement son talent dramatique.

En dehors des opérettes et des comédies musicales, elle enregistre d’énormes succès comme « Frida oum papa » ainsi que « La bonne du curé » (1 800 000 de disques vendus), « Tata Yoyo » (1 000 000 de disques vendus), ou encore « Cho ka ka o ». Elle enchaîne les galas à un rythme effréné (elle en a fait plus de 6 000 et a enregistré plus de 600 chansons).

Au cinéma, elle tourne en 1969, sous la direction de René Clément, « Le passager de la pluie ». Elle confirmera son grand talent avec le film « Le chat » aux côtés de Jean Gabin et de Simone Signoret. Elle tourne aussi dans « Rue Haute » en 1976, « Un été après l’autre » en 1989.

Pour la télévision, en 1981, elle devient « Madame S.O.S. », et tient le rôle principal dans plusieurs autres téléfilms au cours de la décennie. Dans les années 1990, elle tourne aux côtés de son ami Charles Aznavour dans « Baldipata ».

Le 9 février 1989, Annie perd son époux. Le début des années 1990 s’annonce difficile. Annie retrouvera le sourire par le travail et la scène.

En 1998, Annie fête son 70ème anniversaire et ses 50 ans de carrière sur la scène de l’Olympia, et publie ses mémoires, sous le titre « Nini la Chance ».

Après un retour au théâtre, elle repart en 2003 sur les routes avec son spectacle « Que du bonheur ! », qui est un nouveau triomphe.

En 2006, Annie Cordy commente « Moi, Belgique », une série de documentaires sur l’histoire de la Belgique. C’est un nouveau succès.

En 2006, elle entame une nouvelle pièce de théâtre, « Lily et Lily », avec laquelle elle part en tournée.

En mars 2008, la chaîne de télévision belge RTBF lui consacre une émission spéciale de 2h30 à l’occasion de son 80ème anniversaire et de ses 60 ans de carrière.

Elle fait partie de la saison 3 de la tournée des idoles « Age tendre et têtes de bois ».

Elle a fait une tournée en 2009-2010 avec la pièce « Laissez-moi sortir ».

En 2011, elle fait à nouveau partie de la tournée « Age tendre et têtes de bois » pour la saison 6.

En plus de 60 ans de carrière, elle a enregistré plus de 600 chansons, joué dans une dizaine de comédies musicales, une trentaine de films et de téléfilms.

Le roi des Belges Albert II l’a anoblie le 11 octobre 2004 en lui conférant le titre de baronne.

En 2012, Annie Cordy enregistre un nouvel album « Ça me plait… pourvu que ça vous plaise » composé de 14 nouvelles chansons dont le titre « Maintenant je sais » popularisé par Jean Gabin en 1974.

En 2013, Annie Cordy participe à la dernière saison de la Tournée « Age tendre et têtes de bois » et se produit dans toute la France avec sa tournée « Cordy et ses Gus ».

En mars 2014, elle a participé à l’émission « Luis Mariano, Le grand Show » sur France 2 et a été officiellement élevée au rang de Commandeur de l’Ordre de la Couronne en Belgique.

En janvier 2015 est sorti sur les écrans le film « Les souvenirs » dans lequel Annie Cordy joue aux côtés de Michel Blanc et Chantal Lauby. On l’a vue également aux côtés de Clovis Cornillac, Nicolas Gob et Robin Renucci dans le feuilleton « Chefs » diffusé sur France 2 en février 2015.

En 2016, Annie Cordy a enregistré deux titres « L’indifférence » en duo avec Cyrille Gallais ainsi que « 85 % d’amour et 60 ans de cabaret » chanson créée pour les 85 ans de Michou. Elle a également tourné le film « Le Cancre » avec Catherine Deneuve et Mathieu Amalric.

Fin 2017, elle a tourné dans le film « Tamara 2 » qui sortira le 4 juillet prochain ainsi que dans un téléfilm tourné à Marseille pour France 3 intitulé « L’illétré » dont la diffusion est prévue en 2018.

Elle est l’image de la bonne humeur et reste encore aujourd’hui très populaire que ce soit sur scène ou au cinéma.

Quelques grands succès d’Yvette Horner :

– Perles de cristal
– Reine de musette (valse)
– Marche des mineurs
– Poéma (tango)
– Noche de reyes (tango)
– La plus bath des javas
– Train d’enfer
– Les triolets
– El relicario (paso)
– La cumparsita (tango)
– Brise napolitaine (valse)
– Espana cani (paso)
– La paloma
– Marche des accordéonistes lyonnais
– Envolée d’étoiles
– Le dénicheur (valse)
– El gato montes (paso)
– Brise napolitaine (valse)
– Jalousie (tango)
– Enfin le printemps

Hommage à Yvette Horner :

Yvette Horner était née Yvette Hornère le 22 septembre 1922 à Tarbes. Elle est décédée le 11 juin 2018 à Courbevoie. Elle était accordéoniste, pianiste et compositrice française.

Ses parents étant mélomanes, la jeunesse d’Yvette est bercée par la musique qu’elle étudie au conservatoire de Tarbes puis à celui de Toulouse où, âgée de 11 ans, elle obtient un 1er prix de piano. Sa mère l’oblige à abandonner le piano pour l’accordéon. La jeune Yvette commence à se produire dans les casinos. C’est à Paris qu’elle devient l’élève de Robert Bréard.

Yvette Horner donne son premier concert en 1947 à l’âge de 25 ans.

En 1948, elle est la première femme à remporter la coupe du monde de l’accordéon. Elle va rapidement obtenir d’autres prix : le grand prix international d’accordéon de Paris et le grand prix du disque de l’académie Charles-Cros en 1950.

Sa carrière va être définitivement lancée, lorsqu’en 1952, Calor, qui sponsorise le Tour de France lui propose d’accompagner la course. Elle joue à chaque arrivée d’étape. Durant 11 ans, de 1952 à 1963, elle va accompagner le Tour de France pour le plus grand plaisir d’un public conquis. En 1954, Yvette Horner sera également reine des Six Jours.

Son succès ne se dément pas durant les années 60 et 70.

En 1977, elle enregistre à Nashville dans le Tennessee, un album country.

En 1985, le couturier Jean-Paul Gaultier crée les tenues de scène d’Yvette Horner dont la célèbre robe Tour Eiffel. En 1987, elle devient la marraine du Cany-Accordéon-Club.

En 1989, Yvette Horner se produit sur la Place de la Bastille lors des célébrations du Bicentenaire de la Révolution.

Elle se produit en vedette d’une revue au Casino de Paris en 1990. Durant les années 90, elle collabore avec le chorégraphe Maurice Béjart et se produit sur scène avec Marcel Azzola.

En 2005, Yvette Horner vend sa maison de Nogent-sur-Marne où elle a vécu durant une cinquantaine d’années et s’installe à Paris dans une résidence pour personnes âgées.

En 2014, la ville de Tarbes lui rend hommage en donnant son nom à une place et à une rue.

Durant sa carrière longue de 70 ans, Yvette Horner a donné plus de 2000 concerts, enregistré 150 disques pour les labels Pathé Marconi, CBS et Erato et vendu 30 millions de disques. Elle a donné son dernier concert en 2011 et son dernier album intitulé « Hors norme » est sorti en mai 2012. Elle a abordé de nombreux styles musicaux dont le classique et la country.

Yvette Horner est décédée le 11 juin 2018, à l’âge de 95 ans après une vie bien remplie.

Yvette Horner restera pour son public, la reine incontestée des bals populaires. On se souviendra de sa virtuosité et de son amour de la musique.

Pin It on Pinterest

Share This