Emissions des 8 et 9 avril 2017 :

Je vous propose ce week-end dans le cadre des Emissions “Croisière Romantique” de donner un coup de chapeau à Alain Barrière à l’occasion de ses 82 ans et de rendre hommage à Colette Deréal à l’occasion du 29ème anniversaire de sa disparition.

Quelques grands succès d’Alain Barrière :

– Adieu la belle (1964)
– Aimer (1988)
– A regarder la mer (1971)
– Cathy (1961)
– Elle était si jolie (1963)
– Emporte-moi (1968)
– Et tu fermes les yeux (1977)
– J’aurai voulu (1963)
– Je regrette ce temps (1966)
– Je reviendrai d’Al Cantara (1962)
– La Marie-Joconde (1964)
– Le temps d’une valse (1963)
– Les guinguettes (1966)
– Les matins bleus (1966)
– Ma vie (1964)
– Mais je vous dis (1964)
– Plus je t’entends (1963)
– Pour la dernière fois (1972)
– Qu’elle disait (1983)
– Que se passe-t’il dans ma tête ? (1967)
– Rien qu’un homme (1971)
– Toi (1963)
– Tout s’en va déjà (1968)
– Tu t’en vas (1975) en duo avec Noëlle Cordier
– Elle va chanter (1979) en duo avec Betty Mars

Coup de chapeau à Alain Barrière :

Alain Barrière est né Alain Bellec le 18 novembre 1935 à La Trinité-sur-Mer (Morbihan). Il est un auteur-compositeur-interprète français. Il a connu plusieurs succès, dont “Elle était si jolie”, “Ma vie” et “Tu t’en vas”.

Le jeune Alain est né dans une famille de mareyeurs breton. En 1955, il obtient un diplôme d’ingénieur des arts et métiers. Depuis tout jeune, il est attiré par la chanson.

C’est en 1961 qu’il devient Alain Barrière. Il participe au concours du Coq d’or de la chanson française dont la finale se déroule à l’Olympia. Avec sa chanson “Cathy”, il parvient en finale et se classe 11ème sur 12. Il est remarqué par Bruno Coquatrix et signe un contrat avec la maison de disques RCA.

En 1962, Alain Barrière se produit à l’Olympia dans le programme de Colette Renard. Il interprète cinq chansons.

Le succès arrive en 1963 avec la chanson “Elle était si jolie”. Avec ce titre, Alain Barrière est sélectionné pour représenter la France au Concours Eurovision de la chanson. Il se classe 5ème. Cette même année, il retrouve l’Olympia dans le programme de Paul Anka. Il interprète dix chansons.

En 1964, Alain Barrière enregistre “Ma vie” qui va devenir son plus grand succès et se produit à nouveau à l’Olympia, mais cette fois-ci en vedette. La chanson “Ma vie” obtient un énorme succès au Chili, au Pérou, en Argentine ainsi qu’au Brésil, en Bolivie ou encore en Uruguay.

En 1966 et 1968, il chante à Bobino.

Alain Barrière est devenu en quelques années un artiste populaire. Les succès s’enchainent tels : “Je reviendrai d’Al Cantara” (1962), “Plus je t’entends” (1963), “La Marie-Joconde” (1964), sans oublier “Les guinguettes” (1966) et “Emporte-moi” (1968).

En 1967, 1972, 1974, 1976 et 1978, il retrouve l’Olympia .

En 1975, Alain Barrière enregistre avec Noëlle Cordier “Tu t’en vas” qui va devenir un énorme succès et crée “Le Stirwen” un théâtre-discothèque-restaurant situé à Carnac, avec une salle de spectacle où il donne des concerts.

Alain Barrière quitte la France pour les Etats-Unis en 1977 en raison de difficultés financières et de démêlés avec le fisc.

Les années 80 sont difficiles. Les albums qu’il enregistre n’ont pas le succès escompté. Alain Barrière part s’installer au Canada.

Au début des années 90, Alain Barrière revient définitivement en France. Il enregistre un nouvel album en 1998 ainsi qu’une compilation de ses plus grands succès intitulée “Ma vie”. Cette même année, il chante à la Salle Pleyel de Paris.

En 2006, Alain Barrière publie son autobiographie “Ma vie” et donne plusieurs concerts au Canada.

En 2007, il entame une grande tournée en France. Fin 2007, sort un nouveau disque de grandes chansons françaises dans lequel il interprète notamment “La foule”, “Le petit bonheur”, “Les copains d’abord”, “Ne me quitte pas”, “La mer” et “Le temps des cerises”.

En 2010, sort une nouvelle compilation “Le best of d’Alain Barrière”, un album de 53 chansons composé de ses plus grands succès mais aussi de nombreuses chansons jamais encore enregistrées sur CD.

Après avoir subi deux accidents vasculaires cérébraux, Alain Barrière annonce en 2011, qu’il est contraint de renoncer à ses adieux à la scène.

Alain Barrière reste pour tous un chanteur populaire, et bien sûr l’inoubliable interprète des succès “Ma vie”, “Emporte-moi” ou encore “Elle était si jolie”.

Quelques grands succès de Colette Deréal :

– A la gare St-Lazare (1963)
– Allons, allons les enfants (1961)
– Amour soleil et cha cha cha (1959)
– C’est toi que j’aime (1962)
– Ce bonheur-là (1968)
– Cheveux fous et lèvres roses (1962)
– Gondoli… gondola (1962)
– Je crois en toi (1956)
– Les quatre saisons (1971)
– Ne joue pas (1959)
– On se reverra (1962)
– Sous le vieux pont des soupirs (1959)
– Telstar (1963)
– Tes yeux lilas (1960)
– Tout le bonheur du monde (1961)
– Un clown dans mon cœur (1966)
– Une histoire d’amour (1971) du film “Love Story”

Hommage à Colette Deréal :

Colette Deréal était née Colette Denise de Glarélial le 22 septembre 1927 à Saint-Cyr-l’Ecole dans les Yvelines. Elle est décédée le 12 avril 1988 à Monaco. Colette Deréal était une chanteuse et actrice française.

La jeune Colette et sa famille s’installent à Marseille. Elle passe son adolescence à Juan-les-Pins.

A dix-sept ans, Colette Deréal décide de faire carrière au théâtre. Elle part étudier au Cours Simon à Paris.

En 1949, elle tourne son premier film “Au royaume des cieux” aux côtés de Serge Reggiani. C’est le début d’une carrière cinématographique. Elle tourne pas moins de 24 films. Elle joue aux côtés d’Eddie Constantine dans le film “Cet homme est dangereux” (1953). Colette Deréal part pour Hollywood où elle tourne notamment “Le petit garçon perdu” (1953) avec Bing Crosby ou encore “La route joyeuse” (1957) avec Gene Kelly. La France lui manque et elle décide de quitter les Etats-Unis.

En 1959, Colette Deréal joue dans le film “Les motards” aux côtés de Roger Pierre, Jean-Marc Thibault, Jacqueline Maillan et Francis Blanche.

Colette Deréal commence une carrière de meneuse de revues. Elle retrouve sur scène Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Elle triomphe aux côtés de Jean Poiret et Michel Serrault dans la revue “Vive de…”.

Parallèlement, elle tourne pour la télévision quatre épisodes des “Cinq dernières minutes”. Dans l’épisode “Sans en avoir l’air”, tourné en 1959, Colette Deréal interprète “Ne joue pas”. La chanson devient rapidement un succès se vendant à 100 000 exemplaires et ce, en un mois seulement. La France vient de découvrir la très belle voix de Colette Deréal.

En 1960, elle chante à Bobino en vedette américaine de Jacques Brel avant de partir en tournée dans toute la France aux côtés de Gilbert Bécaud.

En 1961, Colette Deréal représente la Principauté de Monaco au Concours Eurovision de la chanson avec le titre “Allons, allons les enfants” composé pour les paroles par Pierre Delanoë sur une musique d’Hubert Giraud.

Colette Deréal retrouve la scène de Bobino, cette fois-ci en vedette en 1961. Elle y chantera également en 1963 et 1965.

En 1963, c’est en vedette et sur la scène de l’Olympia qu’elle triomphe aux côtés d’Alice Dona en lever de rideau et de Leny Escudero en vedette américaine.

A partir de ce moment là, Colette Deréal enchaine les tournées. Elle est invitée dans toutes les émissions de variétés telles “Toute la chanson”, “La grande farandole”, sans oublier “Le palmarès de la chanson”. Elle remplace Jacqueline Joubert en tant qu’animatrice pour l’émission “Carte blanche”.

En 1969, elle tourne son dernier film “Sous le signe du taureau” aux côtés de Jean Gabin et Suzanne Flon.

En 1972, Colette joue dans le feuilleton télévisé “Le manège de Port-Barcares” dont elle a écrit le scénario et les dialogues.

Elle se retire petit à petit du show-business et part vivre dans le midi avec son mari.

Colette devient alors journaliste à la “Tribune de Monaco”. Colette Deréal est très amie avec Grace Kelly. Elle accepte de se produire à plusieurs reprises au Sporting Club de Monte-Carlo.

En juillet 1985, elle se produit au “Kim Club” à Cagnes-sur-Mer. Ce sera sa dernière apparition sur scène.

Durant sa carrière, Colette a côtoyé les plus grands de ce monde. Elle a interprété pas moins de 260 chansons.

Elle passe les dernières années de sa vie à Cap d’Ail, près de Monte-Carlo dans une maison sur les hauteurs de Monaco, dont elle a dessiné les plans.

Colette Deréal meurt le 12 avril 1988, terrassée par une crise cardiaque.

Elle nous a laissé le souvenir d’une artiste complète. Elle a captivé son public avec sa voix, son charisme et sa beauté. Elle reste pour tous l’inoubliable interprète des succès “A la gare Saint-Lazare”, “Ne joue pas” et “On se reverra”.

Pin It on Pinterest

Share This